Le mauvais temps, c’est le temps qui dure

Ça fait des mois qu’il n’a pas plu. Pendant juillet et août les températures étaient le plus souvent au dessus des normales de saison. Le ciel est bleu, bleu, bleu et bleu. Le soleil pince la peau. Et les nuits sont trop chaudes. Quand on aperçoit un petit nuage, c’est de très loin et pour peu de temps.

La sécheresse devient préoccupante, il y a des restrictions d’eau: les barrages d’irrigation sont au plus bas et, dans certains villages, il y a des  coupures d’eau de la ville dans la journée.

L’automne s’est prolongé, l’hiver a été doux et court, le printemps précoce et l’été est torride.

Les incendies se sont multipliés et ont ravagé des milliers d’hectares.
Et l’on attend toujours la pluie. Il n’y a rien de prévu pour ces prochains jours.

Sur le chaînes nationales, les présentateurs météo nous affirment que nous avons beau temps!

Prévision

Vous voulez savoir pourquoi on a perdu la bataille?

C’est parce que la fliquette qui a été encerclée dans sa voiture par des jeunes en état de sensibilité avancée et qui s’est fait piquer son flash-ball et son taser, n’a pas dégainé son arme et tiré dans le tas.

Et pourquoi nous sommes en train de perdre la guerre?

Parce qu’en haut lieu, il y a certainement quelqu’un qui a dit: « Heureusement qu’elle n’a pas fait usage de son arme! ».

Non à la tolérance!

On vante la tolérance dont ont fait preuve les musulmans envers les chrétiens pendant les siècles où ils dominaient l’Espagne.

Je ferais remarquer que, sans les Arabes, les chrétiens se toléraient très bien tout seuls et qu’ils n’avaient pas besoin qu’on traverse la Méditerranée pour venir les tolérer chez eux.

Fasse le Ciel que je n’en arrive pas à être toléré chez moi!

Conseil financier

Après les attentats en Catalogne, on a droit à une déferlante de minutes de silence, de fleurs, de bougies, de peluches, de dessins d’enfants et de réactions indignées et/ou attristées des responsables politiques. Sans oublier l’extinction de la Tour Eiffel.

Et des enquêtes. Mieux vaut tard que jamais.

A la télé, des micro-trottoirs de gens de la rue soigneusement sélectionnés nous affirment qu’ils ne se laissent pas intimider, que Barcelone est une ville ouverte et qu’ils continueront à se promener en bermudas sur les Ramblas. Pas un pour exprimer sa colère ou même crier vengeance sous le coup de l’émotion, mettre en cause cette politique d’ouverture et de société multi-culturelle dont on peut voir le résultat ou accuser les gens au pouvoir qui ont laissé s’installer en Europe un islam intégriste et djihadiste. Soigneusement sélectionnés, vous dis-je.

On a aussi des spécialistes de la spécialité qui viennent nous exposer doctement leur point de vue sur la chose.

Il y en a un en particulier qui nous disait ce matin (comme si on ne le savait pas) qu’il y a en Catalogne  comme partout en Europe (pas de raison que la France soit la seule à se transformer en Absurdie) de nombreuses mosquées fondamentalistes où officient des prêcheurs djihadistes.

En France, on dit qu’on ferme (ou qu’on va fermer ou qu’on se demande si ce ne serait pas une bonne idée de fermer) de telles mosquées. On nous dit même que les imams radicaux sont (seront ou pourraient être) expulsés. Quand on sait que nos frontières n’existent plus et que celles de l’Europe sont de véritables passoires (demandez-vous ce que Schengen a pu faire contre les migrants qui squattent porte de la Chapelle), on peut avoir des doutes sur l’efficacité de telles expulsions.

Et voilà pourquoi, je vous conseille d’investir dans des usines de bougies, des sociétés qui fabriquent des nounours et de l’horlogerie de précision (on va avoir de nombreuses minutes de silence à chronométrer). Le marché risque d’exploser. Et pas seulement le marché.

Privée mais pas de tout

Le mystère est dissipé! Macron passe ses vacances à Marseille dans une discrète résidence sur les hauteurs de Marseille, avec vaste piscine et vue imprenable de rigueur. Enfin, quand je dis « de rigueur », je me comprends: la bâtisse n’est pas un cabanon. La vue aérienne qu’on a pu en voir à la télé l’apparente plus à la demeure d’une star d’Hollywood.

On apprend que ce serait la résidence privée du préfet des Bouches-du-Rhône.
Alors, je me pose des questions.

Cette résidence est-elle vraiment privée, c’est-à-dire: lui appartient-elle en propre? Auquel cas, ce préfet a les moyens. Les préfets établissent-ils une déclaration de patrimoine avant d’entrer en fonctions?

Cette résidence est-elle au contraire un logement de fonction? Cela fait-il partie des avantages en nature imposables?

Macron est-il invité par le préfet ou s’est-il imposé comme nos anciens rois qui étaient « partout chez eux »?

Tout ça pour dire qu’au dessus d’un certain niveau hiérarchique, on ne rencontre pas « des gens comme nous ».

On comprend qu’une fois tous les cinq ans, quand une élection se profile à l’horizon, ils se sentent obligés d’aller « à la rencontre des Français ».

Avec ou sans tinelle?

Le type qui a lancé sa voiture sur des militaires participant à l’opération « Sentinelle » n’est pas -comme d’autres- un déséquilibré, ni un fiché S. Non! C’est, comme le dit son oncle sur BFMTV, « un gamin très bien », « un jeune homme tout à fait normal » qui n’avait montré aucun signe de radicalisation.

Il est juste musulman.

*******

Cette opération « Sentinelle » suscite la polémique. On s’interroge sur son utilité et même on se demande si mettre sur la voie publique des soldats en uniforme, ni préparés ni entraînés à accomplir une mission de sécurisation n’est pas contre-productif en les transformant en cibles pour les terroristes et en mettant en danger les passants des alentours qui risquent de devenir les victimes collatérales d’un attentat dirigé contre ceux qui sont censés les protéger.

Elle aurait donc beaucoup d’inconvénients et un seul avantage: mettre, comme je l’ai entendu, « du kaki dans les rues » pour tranquilliser la population, pour lui donner « un sentiment de sécurité ». Rien que de la com’, donc.

Eh bien! Moi, la com’, ça ne suffit pas à me rassurer.

Ohé des collines!

Jacques Étienne nous montre sa récolte. Voici la nôtre:

001

Des formes curieuses mais le goût a bien peu d’intérêt: des courgettes qui ont le goût de courges. Aucune comparaison avec les délicieuses courgettes de Nice:

004

Nous avons aussi des tomates:

002

Des melons que nous devons disputer aux fourmis argentines (une des « joies » de la mondialisation):

003

Et d’autres légumes que j’ai la flemme de photographier mais pas de pommes de terre (saloperies de fourmis argentines!). Pour les pommes de terre, il faudra aller voir chez Jacques (chez qui je ne peux toujours pas commenter).