Un tout petit début

On apprend que Macron veut croiser les fichiers S et celui des titulaires de permis de détention d’armes. Mieux vaut tard que jamais. Quand ce croisement aura-t-il lieu? N’en demandons pas trop. Je parie que dans ce cas la différence entre tard et jamais sera très ténue. Il reste à espérer que le prochain attentat commis par un fiché S ne le sera pas avec une arme qu’on l’aura autorisé à acquérir ou une arme que son frère, son cousin, son voisin, son copain, non fiché S mais quand même radicalisé détiendra légalement.

Ça ressemble beaucoup à une mesurette destinée seulement à éviter que certains malintentionnés fassent remarquer qu’il y a une certaine pagaille au ministère de l’Intérieur.

Et cela ne règle pas la question des armes détenues illégalement. Mais une chose à la fois, que diable! Macron est élu pour cinq ans, il n’y a pas d’urgence. Ne fait-il pas dire aux journalistes qui s’en gargarisent à qui mieux mieux qu’il est « le maître des horloges ».

Et quid des permis de conduire, des couteaux de bouchers, des sabres de samouraïs, des marteaux, des bonbonnes de gaz? Mystère!

Ne serait-il pas plus simple de s’attaquer à l’Islam radical en tant qu’idéologie contraire à notre démocratie (ou ce qu’il en reste), à nos valeurs (idem) ou, tout bêtement, à notre sécurité (idem aussi, hélas!) et à ceux qui le professent?
Mais ça, on en est encore loin. Il faut d’abord que Macron prenne conscience du problème.

Cause toujours, tu m’instrusionnes!

Cherchant des infos sur la toile, je suis tombé sur le site d’un quotidien régional qui, pour me laisser lire son article, m’a demandé en « bon » français de désactiver mon adblock. En échange, il s’engage à « réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs ».

Je précise que ce journal est français.

Et comment tu le ressens le format de ma grosse pub?

Non au fair-play!

Dans la lutte que mène Daech contre la France et celle qu’en retour la France mène contre Daech, il faut souligner le fair-play des deux équipes. L’incident d’hier sur les Champs-Elysées en est un nouvel exemple.

On a d’un côté un branquignol qui, alors que sa voiture contient « une kalachnikov et des armes de poing » oublie de s’en servir au moment de porter son attaque et qui, en lançant sa petite auto contre un camion de la police ne réussit qu’ à se blesser mortellement sans que les policiers n’aient à lever le petit doigt pour le neutraliser.

De l’autre, on a les Pieds Nickelés de l’Etat qui distribuent généreusement des fiches S qui n’ont d’autre utilité que de permettre aux titulaires libres comme l’air de frimer à la sortie des mosquées salafistes; qui donnent des autorisations de détention d’armes à ces mêmes fichés S et vont jusqu’à leur renouveler ce permis (pointez-vous à la gendarmerie pour demander ce genre d’autorisation et … bon courage!).

Et qui, une fois que « l’attentat a eu lieu », ouvrent une enquête! On espère que les enquêteurs penseront à lire la fiche S qui doit bien se trouver quelque part.

C’est le moment d’entonner l’hymne de la section anti-terroriste du parquet de Paris:

« Nous sommes les carabiniers

La sécurité des foyers

Mais par un malheureux hasard

Au secours des particuliers

Nous arrivons toujours en retard ».

Hélas! En France tout ne finit pas que par des chansons. Quelquefois, au dernier acte, il y a des marches blanches, des bougies, des minutes de silence et on éteint la Tour Eiffel.

Alors, opposer l’inefficacité à la bêtise, ça équilibre peut-être la compétition mais ça ne rassure pas le citoyen.

Comme un lundi de rêve

Pour une fois que je vote, j’ai de quoi me réjouir: trois députés nationalistes élus sur les quatre possibles et avec des scores confortables en plus (plus de 60% dans ma circonscription). Le quatrième se présentant avec l’étiquette « Les Républicains » a, dès la proclamation des résultats, chaudement félicité les trois autres et a promis de travailler avec eux à l’Assemblée. Le tout avec une abstention qui, bien que forte, est nettement inférieure de celle de la France.

Bien embêtés, les médias qui essaient de camoufler la chose en disant que les nouveaux élus sont « Régionalistes » et ce malgré le mot « nationaliste » qui figure explicitement dans leurs professions de foi.

C’est un signal fort même si, pour l’instant, ce n’est que ça. Je m’en contente.
Il y aura de nombreux commentaires sur cette poussée nationaliste. Je parie que la majorité d’entre eux sera de la même farine que celui que l’ignoble Christophe Barbier avait fait au lendemain des élections territoriales qui avaient vu les nationalistes prendre la majorité: « Sans la France, les Corses ne mangeraient que des châtaignes ».

Que ceux de droite et ceux qui se croient de gauche qui voudraient, sur ce blog, entonner le même refrain, sachent qu’ils sont les bienvenus. Je ne leur répondrai pas mais je me ferai un plaisir de publier leurs commentaires. Plus que quoi que ce soit d’autre, ils fourniront une explication aux résultats d’hier.

A part ça, la France devrait se réveiller avec une superbe gueule de bois. D’abord à cause de la déconfiture des « partis traditionnels » qui n’ont rien vu venir. Ensuite, et, à mes yeux, c’est le plus important, le succès de ce qu’avec le recul, on est bien obligé de voir comme un véritable coup d’Etat. Une vague que, là encore, la classe politique n’a vu venir que quand elle l’a submergée.

Macron a été porté à la présidence par une organisation sans faille qui en à peine quelques mois a réuni d’importants moyens financiers, des soutiens, des réseaux et la plupart des médias. Condition nécessaire de la réussite d’un complot, derrière Macron, ceux qui l’ont porté au pouvoir ont su rester discrets. Jetteront-ils le masque et profiteront-ils de leur victoire ou leur créature leur échappera-t-elle? Excellente question! Les mois qui viennent risquent d’être intéressants.

Portez-vous bien, soyeux heureux et restez au frais!

Entre deux

Entre deux tours, entre deux eaux, entre chien et loup, entre la poire et le fromage, entre ici Jean Moulin … Non! Ça, c’est déjà fait. On s’est rabattu sur Oradour-sur-Glane. Deux fois de suite.

*******

Le PDG de Renault aurait imaginé un montage lui permettant de gonfler son salaire de quelques millions d’euros par an. On crie au scandale. Relativisons! Ronaldo gagne beaucoup plus que Ghosn. Cette différence s’explique aisément: Carlos joue nettement bien moins au foot que Cristiano.

*******

Par son style, l’équipe Macron tranche avec la méthode Hollande. Pépère faisait ses coups en douce. Ambiguïté, synthèse et compromis étouffaient ses opposants sous un oreiller gluant Pour autant que ça a duré. Macron, lui, adopte le système de la main de fer dans un gant de crin. Bayrou vient d’en faire l’expérience. Se rend-il compte qu’il est doucement mais fermement poussé vers la sortie? Il devrait écouter la radio officielle où on nous explique que le pauvre François est un has been qui a été ministre de Balladur et élu député en 1988. Sous-entendu: il n’a plus sa place au XXIème siècle qui sera Macronien ou ne sera pas.

*******

Macron affiche son islamo-compatibilité en allant chez M6 rompre le jeûne du Ramadan. Clin d’œil aux musulmans de France: le second tour, c’est dimanche.

*******

Bonne journée et restez à l’ombre!

Une victoire qui risque de se payer cher

Je ne parlerai pas des résultats au niveau national mais de ce qui s’est passé en Corse où les nationalistes sont arrivés en tête dans deux circonscriptions sur quatre, accèdent au second tour dans trois sur quatre et où, dans la quatrième, le « natio » n’a manqué l’accès au second tour que de treize voix.

Ces résultats dérangent. Un premier indice: sur Le Monde comme sur France-info, les nationalistes sont désignés sous l’étiquette « régionalistes ». Cachez cette réalité que je ne veux pas voir.

Ils dérangent car ce vote est essentiellement protestataire. Ils rassurent car il est inutile.

Protestataire parce que les Corses voient leur pays glisser de plus en plus vers une perte de son identité et que malgré des décennies de promesses, l’évolution s’accélère organisée efficacement par l’Etat.

Inutile parce que ces députés nationalistes, s’ils sont élus, n’ont pas leur place sur l’échiquier politique français. Où siègeront-ils? A droite? A gauche? Dans le centre occupé par les députés macronistes? Logiquement, nulle part.

Quelle sera leur influence? Nulle! Ils ne seront pas assez nombreux pour constituer un groupe, aucune ligne de leur programme n’a la moindre chance de se retrouver dans un projet de loi.

Ils ne seront ni écoutés, ni entendus.

Au contraire le signal donné par leur succès ne pourra qu’inciter l’Etat à redoubler d’efforts pour les combattre.

Une élection pour rien.

*******

Quand même un mot sur les résultats nationaux. D’abord l’abstention qui touche tous les politiques de tous les camps (un peu moins les macroniens qui en refusant leur voix aux vieux politicards sont assez naïfs pour croire que -tout nouveau tout beau- les élus de frais ne suivront pas l’exemple de leurs anciens).

Une abstention qui montre que notre système politique est moribond et que les Français sont devenus des « démocrates déçus ».

Et -conséquence- la déconfiture des éléphants du PS et des chapeaux à plume de la droite dont beaucoup n’accèderont même pas au second tour. Dépêchons-nous de rire, on ne sait pas de quoi demain sera fait.

La victoire de Macron n’est pas celle d’un parti mais celle d’une coterie. Le nombre de ses députés ne peut pas être attribué à l’adhésion massive du peuple mais à un mode de scrutin qui favorise la majorité d’une minorité. Derrière la superbe toile peinte du décor, les coulisses sont pleines de poussière.

*******

Et pour rire un peu et rappeler que Macron reste bien silencieux sur l’islamisme:

http://corsemachin.com/societe/daesh-presente-blabla-ouakbar-nouveau-service-de-covoiturage/

Faut pas avoir honte!

Parmi les candidats qui se présentent dans ma circonscription, à part les habitués qui viennent chercher les quelques voix qui leur permettront de percevoir un peu de pognon, presque tous les candidats hésitent à se présenter sous les couleurs d’un parti et même d’afficher clairement leurs convictions. Sont-ils timides à ce point?
Oui, à part les cocos, les gens de Lutte ouvrière et les Insoumis de Mélenchon, tous se présentent masqués. Le plus fort reste le parti d’Asselineau qui a une profession de foi mais qui ne mentionne pas le nom d’un quelconque candidat.

Les programmes eux-mêmes restent flous, sans doute pour qu’on ne puisse pas reconnaître de quel parti ils émanent. Dire tout et son contraire, essayer de grapiller les voix des nationalistes en entretenant une confusion semble être la règle.

Il faut lire entre les lignes ou chercher dans les coins pour découvrir à quel bord ils appartiennent. Celui qui affirme appartenir à « la droite régionaliste » est-il plus de droite que celui qui veut « libérer les énergies »? Qui le sait? Et plus de droite celle qui met discrètement au verso de sa profession de foi les sigles de LR et de l’UDI? Il semble même que celui qu’on croit de gauche (et qui l’était il y a encore quelques semaines) veuille « libérer les énergies créatives ». Tout est dans « créatives »!

Un type qu’on a connu socialiste jusqu’à la présidentielle, inscrit un petit « En marche! » dans le coin de son papier tout en se proclamant « libre ». Un autre dit approuver le projet de Macron mais dans la même phrase met en garde contre ses « belles paroles » tout en empruntant aux nationalistes certaines de leurs revendications. Emprunt qu’il abandonnera sans doute s’il est élu puisqu’il s’est toujours opposé aux dites revendications.

Plus de la moitié des candidats met une ou deux phrases en langue corse dans son papier quand il n’en fait pas en plus son slogan ou le titre de son laïus. Les mélenchonistes sont plus hypocrites en affirmant que la  particularité de la Corse, c’est l’insoumission tout en présentant un type qui a un nom arabe et la tête qui va avec (il y a une forte communauté maghrébine en Corse). Dans une circonscription de la Corse du sud, les mélenchonistes se présentent sous l’étiquette de « La Corse insoumise ».

Jusqu’aux nationalistes, connus comme tels, qui se présentent sous l’étiquette « majorité territoriale »!

Quant à la candidate du FN, sa profession de foi ne se trouve pas dans mon enveloppe.

Tout ça ne donne pas très envie.