Heureux pays!

Le jeune Pakistanais qui a tenté d’égorger d’innocents fumeurs sur le trottoir de la rue Appert est, nous a-t-on dit, un mineur isolé qui, n’ayant fait allégeance ni à Daech ni à Al Qaïda, ne peut que s’être radicalisé tout seul.

Or, il appert (celle-là je ne voulais pas la manquer) que ce bonhomme n’était pas plus mineur qu’il n’était isolé et que comme nombre de solides gaillards venus de ces pays lointains, il avait bénéficié des aides sociales généreusement attribuées par nos naïfs bureaucrates aux malheureux bambins montés en graine venus on ne sait d’où qui se retrouvent on ne sait comment sur les trottoirs de nos grandes villes.

Ce type est tellement isolé qu’on a pu arrêter quelques uns de ses proches et notamment un de ses frères.

Au moins, objectera-t-on, on a eu raison de dire qu’il s’était radicalisé tout seul. Voire. Certes, il n’est ni Daechiste ni Alquaïdien mais c’est un bon musulman comme l’affirme son père qui se dit « heureux et fier » du geste de son fiston lequel n’a pas eu besoin d’être radicalisé en France puisqu’il l’était de famille comme nombre de ses compatriotes pakistanais. Nul doute que le papa du bonhomme deviendra une personnalité dans son quartier et qu’on l’admirera pour avoir envoyé en France un si bon musulman.

Heureux pays que le Pakistan où l’on peut sans risquer d’ennui applaudir un assassin fanatique.

Heureux pays que le Pakistan, puissance nucléaire, à qui on n’ose faire la moindre observation de peur de fâcher un excité qui jugera nécessaire d’utiliser une bombe atomique pour punir ceux qui se permettent de publier des caricature de Mahomet.

Fumer tue

Hier, un déséquilibré a attaqué à coups de feuille de boucher des gens qui en grillaient une sur le trottoir de l’ancienne adresse de Charlie Hebdo.

Bon. Réfléchissons un peu.

D’abord, pourquoi « déséquilibré »? Parce que quelqu’un qui croit que l’ange Gabriel dont l’existence est loin d’être avérée, a dicté le Coran à Mahomet n’a, à l’évidence, pas toute sa tête.

Et si cela l’amène à massacrer d’innocents fumeurs, c’est un dangereux déséquilibré. Moi qui fume, je me sens particulièrement visé. Et j’en arrive à me demander: « Que fait donc la Police! ».

Mais si, en plus, cet énergumène croit pouvoir atteindre les dessinateurs de Charlie en commettant un attentat à une adresse qui n’est pas celle du journal, c’est la preuve qu’il est non seulement fou mais aussi complètement con.

Tu sais ce qu’ils te disent, les Amish?

On ne parle plus que de la 5G entre deux nouvelles du coronavirus et les chances de Trump à la prochaine élection américaine.

Pour le virus, à part porter un masque quand je sors, je n’y peux rien. Pour Trump, j’y peux encore moins. Et tout ça m’agace.

Pour la 5G, je n’y peux rien non plus mais ça fait plus que m’agacer, ça me fout en rogne d’entendre ces débats interminables entre les pour et les contre. Il y a ceux qui pensent que les ondes électro-magnétiques vont leur bouffer la rate et ce qui leur reste de cerveau. Et puis, il y a ceux qui attendent le paradis sur terre avec l’arrivée de la 5G. Pensez donc! En tapotant sur leur smart-phone, ils pourront fermer leurs volets à distance, dialoguer avec leur frigo, arroser leur pelouse, caresser leur chien, tringler leur secrétaire et, grâce à leur ordinateur de bord, donner à leur bagnole connectée l’ordre de les ramener chez eux quand ils seront soûls comme des cochons.

Et pourquoi ça me fout en rogne? Parce que je suis un Amish, comme le dit notre président (que la Tarasque le patafiole!). Pas Amish par conviction, non! Amish par force. Parce que je ne peux pas faire autrement

Je vous ai raconté dans un précédent billet mes démêlés avec Orange. A ce propos, leur « geste commercial » a consisté à me proposer de ne pas me faire payer la part de ma facture correspondant aux vingt-trois jours pendant lesquels je n’ai eu ni téléphone fixe ni internet ni télé. En manifestant mon déplaisir, j’ai obtenu vingt euros de plus de la dame qui m’a laissé entendre qu’au-delà elle devrait en référer à son chef et que … patin-couffin … En attendant la prochaine coupure du fil pourri provisoirement réparé.

Et donc, je suis un Amish. J’ai la chance d’avoir quelquefois le réseau avec mon portable à condition de sortir à quelques mètres de chez moi. Quand je dis que j’ai de la chance, c’est que certains n’ont pas de réseau du tout. J’ai périodiquement des coupure d’internet et de télé et je serais bien content d’avoir la 4G. Alors la 5G!

Et pourtant, comme ceux qui auront bientôt la 5G, je paie plein tarif. C’et à dire que je ne paie pas pour le service qu’on me rend mais pour celui dont je bénéficierais si j’habitais à Paris ou dans une zone couverte.

Vous me direz peut-être que c’est le principe du service public. Public peut-être mais, dans mon cas et dans celui des Amish à leur corps défendant, pas service du tout. Une entreprise qui facturerait un service qu’elle rend pas serait accusée d’abus de confiance mais, comme c’est l’Etat qui est actionnaire, on paie et on ferme sa gueule.

Voilà pourquoi je deviens grossier.

Et glu et glu et glu

Un président de fédération de chasse a causé dans le poste il y a quelques jours en s’indignant qu’on interdise la « chasse » à la glu (j’ai mis des guillemets à « chasse » car il ne s’agit que d’un piégeage cruel).

Il s’agit d’enduire de glu des petites branches pour prendre les oiseaux qui s’y posent. Tous les oiseaux assez petits pour ne pas avoir la force de s’échapper. Le but est d’attraper des grives mais les mésanges, les verdiers, les chardonnerets, les rouge-gorge et autres petits volatiles sont victimes de ce piège et n’en réchappent pas dans la plupart des cas. Tant pis pour eux!

Le bonhomme en question affirmait au journaliste que la chasse à la glu était la seule chasse où l’on ne tuait pas le gibier visé. Le journaliste qui l’interrogeait et qui n’avait pas jugé utile de se renseigner n’a élevé aucune objection.

Voici ce qu’il aurait dû dire s’il n’avait pas été là pour servir la soupe au lobby des chasseurs: le but de cette prétendue chasse est d’attraper des grives que l’on garde captives pour servir d’appelants afin d’attirer d’autres grives que l’on pourra tuer, elles, à coups de fusil.

On trouve sur les forum de chasseurs les recettes pour se procurer des grives quand c’est interdit et des recettes « pour les maintenir en vie ». Dégueulasse!

Pour ou contre le covid19?

Quelle mine d’or pour les journalistes que ce covid19! Chaque jour, de nouveaux chiffres, chaque jour de nouvelles images de gens qui portent ou non un masque ou qui le portent plus ou moins bien, chaque jour le nom des pipeules contaminés, chaque jour des médecins qui ne sont pas d’accord sur ce qu’il faut faire, ne pas faire et ce qu’il faut avaler, chaque jour de nouvelles recommandations et de nouveaux endroits où il faut les appliquer, chaque jour des ministres qui passent à la télé pour faire du bruit avec leur bouche et puis de débats à n’en plus finir où les mêmes personnes racontent les mêmes choses.

Il ressort de tout ça que ceux qui nous gouvernent sont dans le flou pour ne pas dire perdus en rase campagne. Ils disent qu’il faut tester mais il semble que se faire tester soit une épreuve olympique et que les résultats arrivent trop tard pour éviter les contagions et que de toutes façons, ça reste « sur la base du volontariat ». D’ailleurs, alors qu’il était facile de demander aux passagers des avions et des bateaux amenant les touristes en Corse (bordel! c’est quand même facile de contrôler une île!) de présenter les résultats d’un test récent, le Conseil Constitutionnel a jugé la demande contraire aux libertés publiques. La Corse ne zone verte début juillet est brutalement passée en zone rouge avec l’arrivée des vacanciers. Bravo, les gars!

Ils disent qu’il faut isoler les personnes à risque (traduire: enfermer les vieux) puisqu’on ne peut pas empêcher les jeunes de respecter les gestes barrière (il faut bien qu’ils « fassent la fête », les pauvres chéris). Ils disent qu’il faut porter LE masque (pas UN masque, notez bien) mais le premier ministre (mobilisé vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept) s’est peut-être chopé le virus en suivant le Tour de France la vingt-cinquième heure du huitième jour. Avouez que c’est pas de bol.

Et ça débat et ça débat et ça débat.

Tout ça pour éviter d’aborder la vraie question: le covid19, vous êtes pour ou contre?

Orange, ô désespoir!

Vingt-trois jours sans téléphone fixe et donc sans internet ni télé. En branchant mon voisin, le technicien a débranché ma ligne. J’ai pu constater à cette occasion que tout était organisé pour qu’on ne puisse pas joindre une personne d’Orange. En composant le 3900 on tombe d’abord sur un robot puis, si on insiste, sur une plate-forme téléphonique en Tunisie où la dame qui vous répond n’est pas compétente pour recevoir vos explications sinon pour dire: « On vous envoie quelqu’un ».

Un petit jeune homme arrive le lendemain muni d’un tournevis et d’une tablette et me dit qu’il y a quelques années on avait branché ma ligne non pas sur le plot qui m’était destiné mais sur le seul qui fonctionnait car, le câble étant endommagé, tous les fils étaient HS sauf un.

A partir de là, j’ai rappelé le 3900 et le robot m’a donné un rendez-vous téléphonique. J’ai attendu l’appel et ai pu expliquer mon cas à une dame basée dans l’Est qui, après avoir pris note (elle a compris que les poteaux étaient « en pleins champs » alors que je lui disais qu’ils coupaient à travers la montagne couverte de maquis), m’a annoncé qu’elle partait en vacances et transmettrait à son collègue qui, lui, reviendrait le lundi suivant. Il n’était pas possible qu’elle me passe quelqu’un d’autre.

Et à partir de là, nouvel appels au 3900, nouveaux dialogues avec le robot, nouveaux rendez-vous téléphoniques pas toujours respectés, promesses de « faire le nécessaire » et de me tenir au courant agrémentées de SMS annonçant que mon dossier était clos et donc nombreux rappels au 3900 et nouveaux rendez-vous … etc.

De guerre lasse, j’ai envoyé une lettre recommandée au service consommateurs et, en revenant de la poste, la ligne était rétablie.

Voilà l’explication de mon long silence. J’ai constaté que mes lecteurs (sauf une) ne se sont pas inquiétés. Cela conforte ma modestie naturelle.

Voilà. Portez-vous bien.

Bulbe

Arginea maritima

Placé sur des noisettes pour permettre d’estimer sa taille imposante

Attention! Plante toxique (utilisée pour la fabrication de raticide et de tonicardiaque).

PS: Comme on peut le voir, les noisettes sont précoces cette année. Et elles sont belles!

Et à Dumas, l’idée des « Trois mousquetaires »

Il était un peu plus de six heures, ce matin. J’avais allumé la radio au moment où un type nous disait que Frédéric Mistral avait raconté à Alphonse Daudet l’histoire d’un jeune homme qui s’était suicidé parce que celle dont il était amoureux, la plus jolie fille de Béziers, l’avait abandonné. Cela avait donné à Daudet l’idée d’écrire « L’Arlésienne« , une nouvelle.

Et que, de cette nouvelle, Bizet avait fait un opéra: « Carmen« . L’énervement du matin. Il faut dire qu’on n’en attend pas plus d’une station qui diffuse un horoscope quotidien.

Il y a longtemps, Jean Yanne avait titré son émission sur Radio-Luxembourg: « Quand j’entends le mot culture, je sors mon transistor ». On ne saurait mieux dire.

PS: Après réflexion, je me dis qu’il est possible que le bonhomme ait sauté une ligne de son papier raturé (au petit matin d’un jour férié, il faut le comprendre). Ce qui aurait dû donner à peu près: « et de cette nouvelle, (Daudet a écrit un drame et Bizet a composé une musique de scène! ) Bizet est l’auteur de l’ opéra: Carmen. Vous voyez, je suis gentil, je cherche des excuses. Ce qui n’enlève rien à ce que j’ai écrit sur l’horoscope.

On est vraiment gouvernés …

Devant la hausse des contaminations en France et aux Pays-Bas, le Royaume-Uni décidé d’imposer dès demain une quarantaine aux voyageurs en provenance de ces deux pays. On peut s’interroger sur le bien-fondé de cette décision; toujours est-il que ça va créer une jolie pagaille et ne va pas encourager les touristes à se déplacer. Quant aux Britanniques qui sont venus en France, bon courage à eux!

Les autorités françaises, en application du principe de réciprocité (!) envisagent d’exiger une quarantaine pour tous les voyageurs en provenance de Grande-Bretagne. On comprend ce principe quand il s’applique dans le cadre de la diplomatie et que, par exemple, on renvoie dans son pays quelqu’un qui est déclaré « personna non grata » mais une crise sanitaire n’est pas une crise diplomatique. Nos gouvernants ne semblent pas voir la différence.

Conclusion: on est vraiment gouvernés par des cons.

*******

Dans la série des bonnes idées, il y a celle de demander aux restaurateurs de relever le numéro de téléphone de leurs clients (sur la base du volontariat!) afin de pouvoir tracer d’éventuelles contaminations. La jolie serveuse du restaurant qui semble sensible à mon charme me rappellera-t-elle (et plus si affinités) si je lui donne mon numéro? Le restaurateur n’aura-t-il pas envie de m’appeler pour m’offrir une réduction lors de ma prochaine visite ou me signaler que la serveuse étant sa petite amie, je ne suis plus le bienvenu chez lui?

Conclusion: on est vraiment gouvernés par des cons.

*******

On apprend que les tests, outre le fait que leur coût commence à peser, ne sont pas très efficaces pour enrayer les contaminations puisque les résultats arrivent trop tard et que les personnes contaminées ont largement le temps de répandre le virus avant d’avoir les résultats. Cela n’empêche pas nozélites de se gargariser par media interposés sur le nombre croissant de tests pratiqués.

Conclusion: on est vraiment gouvernés par des cons.

*******

Les deux jeunes qui ont tabassé l’infirmière parce qu’elle leur demandait de porter un masque on été relâchés sous contrôle judiciaire malgré la réquisition du parquet qui demandait leur maintien en détention. L’un d’eux était « bien connu des services de Police » (les flics ont de bien mauvaises fréquentations) pour des faits de violences et d’extorsion.

Conclusion: à vous de voir.