Rions avec la démocratie (ou pas)

Mes fidèles lecteurs (et aussi quelques infidèles) savent que je suis un fervent partisan de la prise en compte des votes blancs dans les suffrages exprimés. Ils savent aussi que je trouve de grandes qualités au scrutin proportionnel.
Une réforme qui mettrait en œuvre ces deux principes serait, à mon sens, un progrès de la démocratie. Mais cela permettrait aussi de faire des économies. Enfin, et ce n’est pas le moindre des avantages de cette réforme, ce serait assez rigolo.

Les bancs de l’assemblée ressembleraient à ça

an-vide

où les bancs vides seraient représentatifs des votes blancs.

Vous m’objecterez que c’est une photo ancienne et que la pratique de l’absentéisme par les députés permet déjà d’atteindre le même résultat sans réforme.

A cela je répondrai que l’absence de députés revient moins cher que des députés absents, ne serait-ce qu’en indemnités parlementaires, salaires des assistants, régime de retraite,  frais divers etc. Une proposition qui devrait donc séduire René Dosière.

Le rôle le plus important de ces députés serait de tenir des permanences et de faire « remonter à Paris » les doléances de leurs circonscriptions.

Il resterait à leur interdire de voter les lois pour éviter que trois pelés et un tondu puissent influer sur la politique française qui, de toute façon, est définie à Bruxelles par des gens qu’on n’a pas élus.

Comme celui du président de la quatrième république, leur rôle se bornerait à l’inauguration de foires agricoles, à la pose de premières pierres, aux visites d’usines, à la présidence honoraire d’associations de boulistes et autres activités importantes pour maintenir le lien affectif qui unit le citoyen et son élu.

Voilà.

Pourquoi ne me demande-t-on jamais mon avis?

PS: A ceux qui me prennent au sérieux lorsque je parle de politique, je précise qu’il y a dans ce billet une certaine dose de second degré. A eux de trouver laquelle.

 

Publicités

13 réflexions sur “Rions avec la démocratie (ou pas)

  1. Gérard 31 juillet 2017 / 11 h 26 min

    Cher Pangloss, vous avez oublié une activité qui, il est vrai, n’existait pas sous la IVe république mais qui, selon moi, est appelée à un grand avenir : la conduite des marches blanches et la présidence des cérémonies d’hommage pour laquelle nous avons un grand-maître tout trouvé, j’ai nommé l’immortel (hélas !) Culbuto. Amitiés quand même.

    J'aime

    • Pangloss 31 juillet 2017 / 13 h 08 min

      Cérémonies d’hommages, de repentance, de commémoration, marches blanches etc. Vous avez raison. Pépère a montré la voie aidé par les circonstances. Mais j’aimerais bien ne plus le revoir.

      J'aime

      • Gérard 31 juillet 2017 / 15 h 35 min

        A propos de marche « blanche », faudrait peut-être penser à une autre appellation …. c’est trop connoté, vous ne trouvez pas ? D’autant que la France est plutôt En Marche funèbre …

        J'aime

      • Pangloss 31 juillet 2017 / 15 h 47 min

        Et puis, les gens qui ont marché pour Adama Traoré risquent de se vexer. Le CRAN veille!

        J'aime

  2. nouratinbis 31 juillet 2017 / 13 h 11 min

    Second degré? Ah non, je ne vois pas. Tout cela me paraît frappé au coin du bon sens!
    Amitiés.

    J'aime

    • Pangloss 31 juillet 2017 / 14 h 59 min

      C’est parce que c’est du bon sens que c’est du second degré.

      J'aime

  3. Semaphore 31 juillet 2017 / 20 h 00 min

    Parler de visites d’ usines pour le Président nouvelle ancienne manière…
    Avec le peu qu’il en reste, il ne sera pas débordé ni usé…

    J'aime

    • Pangloss 1 août 2017 / 2 h 42 min

      C’est le but.

      J'aime

  4. Skandal 1 août 2017 / 10 h 18 min

    Le problème de la proportionnelle intégrale c’est que ça fait souvent des pays ingérables

    J'aime

    • Gérard 1 août 2017 / 11 h 35 min

      ça c’est bien vrai ! alors que le nôtre est parfaitement géré, et cela depuis des années, je ne vois pas qui pourrait soutenir le contraire (sauf mauvaise foi, évidemment).

      J'aime

    • Pangloss 1 août 2017 / 13 h 04 min

      De là à penser que la démocratie a ses limites et qu’il faut des chefs, il n’y a qu’un pas. Les élections n’ont donc pas pour objet de donner au peuple l’occasion de se décider mais de lui donner un maître…

      J'aime

      • Sémaphore 1 août 2017 / 19 h 35 min

        C’est pas vraiment comme cela que c’est présenté aux chalands…

        J'aime

      • Pangloss 2 août 2017 / 2 h 37 min

        Pas vraiment mais un peu quand même.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s