Pour le blanc, vous repasserez

Les députés viennent de rejeter un amendement tendant à décompter les votes blancs et à les comptabiliser dans les suffrages exprimés. Cet amendement prévoyait même un nouveau tour de vote à la présidentielle si, après décompte des suffrages exprimés, les votes blancs atteignaient la majorité relative ou absolue.

La ministre de la Justice a estimé qu’il était « préférable d’attendre ».

On comprend vite pourquoi les députés ont rejeté l’amendement; un nouvel exemple du principe selon lequel un politicien redoute plus l’indifférence que l’opposition.

 

Publicités

24 réflexions sur “Pour le blanc, vous repasserez

  1. Le Page 30 juillet 2017 / 4 h 58 min

    Le vote blanc, s’il était comptabilisé, s’inscrirait dans la légitimité, dans la véritable démocratie.
    Pourquoi les députés actuels n’en veulent pas: car la majorité d’entre eux avec ce système dégageraient.
    Le principal inconvénient de vote blanc comptabilisé est la difficulté d’élire des représentants après et malgré moult passages dans les isoloirs.
    Reste l’élection par tirage au sort (après bien sûr mise en place de sérieux critères): pourquoi pas, on n’a jamais essayé!

    J'aime

    • Pangloss 30 juillet 2017 / 6 h 12 min

      Un vote blanc majoritaire signifierait le refus non pas tant de tous les candidats que du système lui-même et pourrait être interprété comme une demande de changement du mode de fonctionnement des institutions ou du rejet de la classe politique.

      Aimé par 1 personne

      • Ghislain 30 juillet 2017 / 10 h 33 min

        Le vote blanc est un rejet des candidats en lice. S’il est majoritaire, on revote avec d’autres candidats. C’était en substance la proposition de François Asselineau. Système appliqué dans deux pays au monde.
        Rien ne vous permet de dire que le vote blanc majoritaire serait un refus du système lui-même (surtout si le vote blanc -de plein exercice- s’inscrit dans le système) et votre interprétation est excessive.

        J'aime

      • Pangloss 30 juillet 2017 / 12 h 31 min

        Le vote blanc peut-être un refus du système électoral (uninominal majoritaire à deux tours), du système politique avec une classe politique qui est une aristocratie auto-proclamée avec ses avantages et privilèges, du système médiatique entre les mains de quelques-uns et qui transforme une élection en bourrage de crâne, du système éducatif qui crée des abrutis et non des citoyens, du système économique où le nombre de pauvres s’accroît à proportion de la fortune des riches, du système qui réduit chaque jour un peu plus la liberté d’expression avec pour objectif de réduire celle de penser etc. D’un système qu’on peut refuser quand on voit dans les élections un condensé de tout ce qui précède et auquel l’électeur, par son bulletin, donne son approbation.
        Je n’ai pas voté, ni pour Asselineau, ni pour un autre. Comme beaucoup.

        J'aime

      • Ghislain 30 juillet 2017 / 15 h 22 min

        On peut interpréter le vote blanc comme on veut, mais la meilleure façon de rejeter un système électoral, c’est de ne pas y participer. Le vote blanc, quand il est reconnu comme tel, signifie uniquement le rejet de l’ensemble des candidats. Tout comme le vote pour un candidat particulier signifie un soutien (quelles que soient les raisons pour lesquelles on vote pour lui, même s’il s’agit d’un vote contestataire, même si on vote en espérant qu’il n’accédera pas au pouvoir, même s’il s’agit d’un vote blanc maquillé – un Belge m’a raconté que, voulant échapper à une amende, et se désintéressant complètement de la politique, et étant obligé de se déterminer pour un candidat, puisque les machines électroniques ne permettent pas le vote blanc, il votait depuis longtemps pour le dernier de la liste.)

        Le vote pour un candidat excentrique (le contraire d’un candidat centriste) peut fort bien être motivé par toutes les raisons que vous avez données, comme on l’a vu avec Trump.

        En ne votant pas, vous montrez qu’un rejet bien entendu du système passe par l’abstention.

        J'aime

      • Pangloss 30 juillet 2017 / 17 h 36 min

        Vous avez tout compris.

        J'aime

      • Ghislain 30 juillet 2017 / 15 h 30 min

        Ce qui « pourrait être interprété comme une demande de changement du mode de fonctionnement des institutions », ce serait une pétition en ce sens.

        J'aime

      • Pangloss 30 juillet 2017 / 17 h 36 min

        Bonne idée!

        J'aime

  2. Boutfil 30 juillet 2017 / 7 h 50 min

    le tirage au sort évidement, ce ne serait pas pire que ce que nous voyons comme bordel à l’assemblée en ce moment, ce serait comme au loto, 100% des gagnants auraient joué et on pourrait peut être tomber sur quelques flèches , ce qui n’est pas le cas en ce moment

    J'aime

    • Pangloss 30 juillet 2017 / 10 h 30 min

      Et, comme au loto, les citoyens pourraient faire des pronostics et gagner du pognon. Avec encore moins de chances de gagner qu’au loto.

      J'aime

    • Pangloss 30 juillet 2017 / 17 h 33 min

      Epicétou, exactement. A force de secouer le cocotier, les noix vont bien finir par tomber.

      J'aime

  3. Le Page 30 juillet 2017 / 13 h 58 min

    Je relance. La première fois que l’on m’a fait cette suggestion (tirage au sort), j’ai cru a une plaisanterie. Puis en regardant ce qui nous sert de représentants, je me suis dit et pourquoi pas!
    Imaginons des critères: absence de condamnation, être sain d’esprit (le plus difficile à déterminer), faire partie d’une catégorie socio-professionnelle représentative, avoir une certaine expérience, nombre de ces désignations au prorata de ce que représente cette catégorie dans l’ensemble de la société (éviterait la surreprésentation des fonctionnaires), salaire initial maintenu et revalorisé par l’employeur comme si présent, réintégration obligatoire à l’issue du mandat… Un stage de quelques semaines avant la prise de fonction, des conseillers juridiques et constitutionnels pour éviter le n’importe quoi et, roule ma poule sans le souci de quotas (hommes, femmes, noirs, blancs, handicapés…).
    Des jurés tirés au sort disposent de l’avenir de certains prévenus et la plupart n’ont jamais ouvert le moindre code et la justice est rendue.

    J'aime

    • La Suryquoise 30 juillet 2017 / 14 h 21 min

      ça n’a rien à voir… ne mélangeons pas tout. Personnellement, je n’aimerais pas que mon député ait été choisi par le hasard (ou le destin diront certains). Et puis, rien ne me dit que pour avoir le droit de participer au grattage, il n’aura pas magouillé ni trempé dans de sales histoires. Enfin, je me dis que Montesquieu et Voltaire avaient tout de même de plus nobles ambitions pour la Représentation Nationale… mais ce n’est que mon (humble) avis. 🙂

      J'aime

      • Le Page 30 juillet 2017 / 14 h 33 min

        Si la procédure vous donne entière satisfaction, ne changeons rien! C’est vrai que l’on n’a aujourd’hui aucune raison de se plaindre.
        Et puis il est préférable de voter en ayant connaissance des malversations commises que de trembler en imaginant celles qui pourraient l’être. C’est plus reposant pour l’esprit.

        J'aime

      • La Suryquoise 30 juillet 2017 / 16 h 25 min

        Ce n’est pas ce que j’ai dit. Le tirage au sort ne me semble pas être la solution, c’est tout.

        J'aime

      • Pangloss 30 juillet 2017 / 17 h 35 min

        Votre humilité vous honore. Montesquieu estimait que la République était fondée sur la vertu. Je me trompe?

        Aimé par 1 personne

    • Pangloss 30 juillet 2017 / 17 h 34 min

      Pourquoi pas?

      J'aime

      • Sémaphore 1 août 2017 / 19 h 37 min

        « Montesquieu estimait que la République était fondée sur la vertu »

        Autres temps, autres moeurs… (le pôvre ! s’il voyait ce que c’est devenu…)

        J'aime

      • Pangloss 2 août 2017 / 2 h 39 min

        Tout ça a bien changé! Quand on pense que les députés sont en train de discuter (et négocier) la loi de moralisation!

        J'aime

  4. Gérard 31 juillet 2017 / 4 h 10 min

    Le vote « blanc » porte en son nom même son caractère intolérable comme aurait dit le catalan. Vote « nul » leur aurait sans doute mieux plu : quoi de plus nul que de ne pas être béat d’admiration pour macrouille, je vous me demande ?

    J'aime

    • Pangloss 31 juillet 2017 / 5 h 23 min

      On pourrait instituer le vote noir. Pour ceux qui portent le deuil de la France agonisante.

      J'aime

  5. Homo Orcus 31 juillet 2017 / 5 h 13 min

    Le lien entre vote blanc et abstention est souvent ténu. Ils craignent de mobiliser des abstentionnistes en donnant une valeur implicite au blanc.
    Ils ont déjà éradiqué le vote vert, c’est déjà ça ! Rugy étant le prix à payer, du coup Macrouille se positionne en isalmo-climato pour faire sens. Pas besoin d’aller au théâtre de nos jours.
    Pas de réaction de la sphère socialodroitdel’hommisme pour les Vénézuéliens morts.

    J'aime

    • Pangloss 31 juillet 2017 / 5 h 24 min

      le vote blanc est le vote de ceux qui veulent formaliser leur abstention.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s