Il n’est bon bec que de Paris

Avant (je vous parle d’un temps que les moins de trois cents ans ne peuvent pas connaître), il y avait des provinces. Il y avait même des comtes qui en portaient le nom comme le comte d’Artois ou celui de Provence. Et à Versailles, il y avait un roi.

Il y eut ensuite la province dont Balzac a brossé quelques scènes pour les Parisiens. Elle a duré jusqu’à Malraux qui jugeait que son nom même était hideux. Ce nom qui faisait penser à des magasins à l’enseigne du « Vrai chic parisien », à des spécialités gastronomiques, à des accents rigolos, à des endroits trop calmes où l’on s’ennuyait, où résidaient encore des onclétantes et quelques grand-mères et où on installait des colonies de vacances pour les petits enfants de la capitale et de ses faubourgs privés de bon air tout au long de l’année scolaire.

Et puis sont apparues les régions, avec elles des préfets de région, des conseils régionaux, des cours des comptes régionales et plein d’autres choses régionales, des métropoles, des télés, des agences régionales de ci et de ça, des trains express régionaux etc dont on se demandait comment on avait pu s’en passer jusqu’alors. Les journalistes parisiens allaient « en région » effectuer leurs reportages, on y exilait les fonctionnaires qui avaient déplu. Ces régions ont été regroupées récemment pour qu’elles soient de taille comparable à celle des länder allemands. Une astuce pour faire croire qu’on pouvait faire du neuf avec du vieux. Histoire de rigoler, on a trouvé de nouveaux noms à ces super-régions dont le plus réussi dans le genre est celui des Hauts-de-France.

Il semble qu’on n’en ait pas fini. J’ai entendu ce matin à la radio le directeur de campagne de Macron prononcer à plusieurs reprise ces mots surprenants « dans les territoires ». J’ai cru un moment que l’on parlait d’endroits exotiques et ultra-marins connus aussi sous le vocable de « confettis de l’empire » (dont les habitants sont des confettiens). Mais non! Il s’agissait des régions, de tout ce qui n’est pas Paris.

Comme on voit, le technocrate moderne reste jacobin. Et me voici territorial.

*******

Un truc qui n’a rien à voir mais qui dit beaucoup de choses en quatre dessins.

Publicités

11 réflexions sur “Il n’est bon bec que de Paris

  1. Noone 29 décembre 2016 / 19 h 18 min

    Il y a les territoires d’outre-mer, et maintenant les territoires d’outre-périphérique.

    J'aime

    • Pangloss 29 décembre 2016 / 19 h 22 min

      « Ce mot hideux de territoire » aurait pu dire Malraux.

      J'aime

  2. Dr WO 29 décembre 2016 / 19 h 46 min

    Heureusement qu’il nous reste le territoire de l’humour. Et ces 4 dessins sont démonstratifs.

    J'aime

    • Pangloss 29 décembre 2016 / 19 h 54 min

      Faisons l’humour et pas la guerre sauf peut-être pour défendre ce territoire-là.

      J'aime

    • Gérard 29 décembre 2016 / 21 h 56 min

      Oui, mais elle a traité un musulman de connard, et ça, c’est réprimé aussi bien par la XVIIe chambre que par la charia.

      J'aime

  3. Boutfil 30 décembre 2016 / 9 h 11 min

    et il y a de ce fait le mépris des  » territoires » pour ce cloaque parisien et ses occupants , ça ne change pas

    J'aime

    • Pangloss 30 décembre 2016 / 15 h 38 min

      Les noms changent, la mentalité reste. Il me semble que « territoires » désigne des régions sauvages pas encore ouvertes à la civilisation.

      J'aime

  4. nouratinbis 30 décembre 2016 / 16 h 13 min

    Très chouette la petite bande dessinée, criante de vérité!
    Quant au directeur de campagne de Macronmagnon il a trouvé le truc, « territoires » ça dit bien ce que ça veut dire…j’espère qu’ils vont en user et même en abuser, ça leur alourdira encore la musette!
    Amitiés.

    J'aime

    • Pangloss 30 décembre 2016 / 16 h 33 min

      Nous, territoriaux, n’avons qu’abandonné les pratiques cannibales que depuis peu; c’est pourquoi les Parisiens ne se risquent chez nous qu’en groupes.
      Amicalement.

      J'aime

  5. didiergoux 30 décembre 2016 / 16 h 21 min

    Il reste qu’un confettien vaut mieux que deux tu-l’auras.

    J'aime

    • Pangloss 30 décembre 2016 / 16 h 27 min

      Un soupçon de tulaurasphobie?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s