Le débat

Quel débat?

Publicités

24 réflexions sur “Le débat

  1. Dr WO 14 octobre 2016 / 16 h 58 min

    Il s’agissait d’exposés. Comment débattre à 7 ? Surtout lorsque l’on est d’accord sur l’essentiel. Ils sont tout de même du même parti.

    J'aime

    • Pangloss 14 octobre 2016 / 18 h 54 min

      Une exposition, pas un exposé.

      J'aime

    • Pangloss 14 octobre 2016 / 18 h 54 min

      Comme tu dis.

      J'aime

    • Pangloss 14 octobre 2016 / 18 h 56 min

      Trop formatée. Seulement un moyen de faire passer la droite à la télé pour essayer de passionner les électeurs.

      J'aime

      • Pangloss 15 octobre 2016 / 6 h 52 min

        Si c’est ça, ce n’est pas un débat grâce auquel les électeurs de droite peuvent choisir leur candidat. C’est une émission qui permet à la droite d’occuper à moindre frais une tranche horaire de grande écoute. C’est d’ailleurs ce que je pensais avant de me décider à ne pas regarder. Comme je ne regarderai pas les autres (sauf si ça promet de saigner ou de me faire rigoler).

        J'aime

      • Souris donc 15 octobre 2016 / 7 h 18 min

        Pour saigner et faire rigoler, on a les confidences du Mou.

        Haine de l’Autre ? Nauséabond ? Rance ? Vivre ensemble ?

        Quand on lit Finkielkraut, Zemmour, Houellebecq, qu’est-ce que ça charrie? Toujours la même chose, la chrétienté, l’histoire, l’identité face à un monde arabo-musulman qui vient… C’est ça qui fait que les gens basculent, ce n’est pas parce qu’ils ont perdu 3 % de pouvoir d’achat – qu’ils n’ont pas perdu d’ailleurs! – ou parce qu’ils sont chômeurs. Il y a des choses qui les taraudent, ils arrivent dans un train, ils voient des barbus, des gens qui lisent le Coran, des femmes voilées…Il y a à la fois des choses qui marchent très bien et l’accumulation de bombes potentielles liées à une immigration qui continue. Parce que ça continue.
        Je pense qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là.
        Ça ne s’arrête jamais. Donc, il faut à un moment que ça s’arrête.
        On ne peut pas continuer à avoir des migrants qui arrivent sans contrôle, dans le contexte en plus des attentats.

        On dirait du Marine Le Pen dans le texte. De la trumpisation des esprits.
        La primaire de la droite est battue à plate couture. A l’aune de la bouffonnerie et de la duplicité.
        Ce matin, il va commémorer les victimes de Nice.

        J'aime

      • Pangloss 15 octobre 2016 / 7 h 24 min

        Ce type serait-il en réalité d’extrême-droite? N’aurait-il choisi d’être socialiste que pour avoir une chance d’arriver au pouvoir?

        J'aime

  2. zen aztec 14 octobre 2016 / 17 h 31 min

    Comme j’ai dit ailleurs j’avais Gomorra,alors la petite réunion r a b

    J'aime

    • Pangloss 14 octobre 2016 / 18 h 57 min

      Gomorra, ce devait être un peu plus rock n’roll.

      J'aime

    • Pangloss 15 octobre 2016 / 6 h 53 min

      Tempête dans une cuvette de chiottes!
      L’accord du participe passé n’est pas enseigné à l’ENA.

      J'aime

      • deguerrelasse 15 octobre 2016 / 11 h 20 min

        AMHA, la phrase employant l’auxiliaire « être », il n’y a pas, dans ce cas, de COD à appliquer, donc « fixé ». !A contrario, si l’auxiliaire « avoir » avait été employé, le COD était applicable : « ..ligne de conduite et d’action que j’ai fixées ».

        J'aime

      • Pangloss 15 octobre 2016 / 15 h 59 min

        De mon temps, on disait: « avec l’auxiliaire avoir, le participe passé s’accorde avec le complément d’objet direct quand celui-ci est placé avant lui ». Ici, c’est le relatif « que » qui joue le rôle du complément d’objet direct.
        Voilà ce qui arrive quand on fait rédiger sa lettre par un conseiller, qu’on ne prend pas la plume pour l’écrire soi-même, qu’on la fait dactylographier par une secrétaire pistonnée ou qui a un beau cul (ou les deux), qu’on ne relit pas le papier qu’on vous met sous les yeux avant de le signer et qu’en plus, on n’a pas assimilé les règles d’accord du participe passé.

        J'aime

  3. Vlad 14 octobre 2016 / 21 h 05 min

    Le billet le plus court de l’année ! 😉

    J'aime

    • Pangloss 15 octobre 2016 / 6 h 54 min

      Mais tout est dit. 🙂

      J'aime

    • Pangloss 15 octobre 2016 / 7 h 05 min

      En théorie, vous avez raison. Mais je vois mal quelques millions de citoyens se réunir en assemblée constituante. Il faut donc qu’ils délèguent ce rôle à des représentants. Dévoués au bien public ou ambitieux (ou un peu des deux), ils risquent d’être l’embryon d’une classe politique. A surveiller donc.
      Mais une constitution approuvée par le peuple à un instant « t », s’impose-t-elle à ses descendants ou -tout bêtement- à ceux qui n’étaient pas en âge de voter au moment de son adoption? Ils sont « réputés » y adhérer, c’est vrai. Lysander Spooner dans son petit livre « Offenses à chef d’Etat » (les Belles lettres) a une opinion là-dessus. Ne serait-ce que pour le grand bol d’air intellectuel et la lecture réjouissante qu’il procure, ça vaut le coup de se le payer si vous ne l’avez déjà fait.
      J’attends de vous lire.

      J'aime

  4. Homo Orcus 15 octobre 2016 / 12 h 55 min

    Constitution – droit de la résistance à l’oppression – droits souverains – violence légale.
    L’écriture d’une constitution par celui qui détient la violence légale est un non-sens, un enfumage. Les jacobins d’aujourd’hui osent même soumettre ce droit du peuple à la décision d’un simple fonctionnaire, le préfet, un comble de cynisme.
    Les constituants qui n’étaient au départ que des représentants aux États Généraux, se sont présentés au peuple pour la rédaction des cahiers, puis cooptés par leurs pairs pour les soumettre au roi. Ces personnages d’une haute tenue intellectuelle étaient cependant naïfs et arrogants et ont accumulé les bourdes et les erreurs mais pratiquant benoîtement une incroyable usurpation pas évidente à déceler, du fait qu’elle était occultée par celle de la Commune.
    La DDDH de 89 est un beau texte… sur le papier, du moins en ce qui concerne la résistance à l’oppression. Cet article a été écrit avec une encre trop pâlotte. Mais il y a d’autres facteurs négatifs.
    Ce droit ne s’active pas du fait de la psychologie de l’individu et même du groupe. Cf. le paradoxe d’Olson. « Un mécanisme par lequel une minorité organisée et décidée peut imposer ses vues à un groupe plus large mais désorganisé et au sein duquel chacun fait le calcul implicite que les autres parmi son groupe s’occuperont de résister pour lui. » (Si cette minorité est affidée au pouvoir !)
    Et aussi …
    « Toutes les fois que la tyrannie s’efforce de soumettre la masse d’un peuple à la volonté d’une de ses portions, elle compte parmi ses moyens les préjugés et l’ignorance de ses victimes. »
    Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet.
    Le sujet est vaste, pas facile de faire court.

    J'aime

    • Pangloss 15 octobre 2016 / 16 h 57 min

      Vaste sujet, oui. Vous ne vous en tirez pas mal.

      J'aime

      • Souris donc 15 octobre 2016 / 17 h 21 min

        Sauf qu’il s’est trompé de fil. On ne vient pas chez vous que pour rigoler.

        J'aime

      • Pangloss 15 octobre 2016 / 18 h 01 min

        Qui s’est trompé?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s