Indipendenza!

Les dernières élections ont, en Corse, donné la majorité aux nationalistes et aux indépendantistes.

Le silence relatif des média et du pouvoir en dit long sur leur embarras. En effet, comment contester les résultats d’une élection démocratique?

Plusieurs attitudes qui ne sont pas incompatibles:

  • minimiser, faire semblant de ne pas avoir compris le message et -comme Le Monde- coller l’étiquette « régionalistes » sur les nouveaux élus.
  • espérer que ce sera un feu de paille et qu’en accentuant la politique actuelle, les clans qui, depuis deux siècles, ont servi de courroie de transmission à l’état vont reprendre les rênes et que tout continuera comme avant
  • menacer de ne plus payer les retraites et verser les remboursements de sécu (je l’ai entendu!)
  • proclamer que la République est « une et indivisible » et que ce qu’un roi a acheté (la cage avec les oiseaux), une république a le droit de le garder
  • montrer ses muscles et envoyer encore plus de gendarmes sur place (bien contents, les cognes, une année en Corse compte pour deux pour la retraite; un truc qui remonte au déluge)
  • refuser purement et simplement de prendre en compte les décisions qui seront prises par les nouveaux élus: à Paris on sait mieux que quiconque ce qui est bon pour la Corse
  • faire une campagne médiatique sur le thème: « la Corse coûte plus qu’elle ne rapporte », « tous des escrocs ou des bandits », « les Corses sont tous des flemmards (ne pas oublier de faire raconter des histoires corses aux humoristes appointés) » ou (un PS repris dans un com de ZAZA) « Sans la France, la Corse ne vivrait que de châtaignes »
  • etc

Mais pour l’instant, on attend. On attend ce que feront le président de l’assemblée de Corse et celui du conseil exécutif.

Souvenons-nous du battage que les médias ont fait quand la Catalogne a voté récemment ou quand les Écossais ont été appelés aux urnes pour dire s’ils voulaient être indépendants et que tous les gouvernements européens ont manifesté leur opposition à toute idée d’indépendance: ils avaient peur que ça fasse tache d’huile et que ça donne des idées  aux Irlandais du Nord, aux Flamands et Wallons de Belgique, aux Basques espagnols (et français, horreur!) et peut-être à d’autres. Les bergers n’aiment pas que leurs moutons leur échappent: de la laine en moins lors de la tonte et du pognon en moins quand on conduit les bêtes à l’abattoir.

Tous comptes faits, cette discrétion n’est pas si étonnante.

Publicités

19 réflexions sur “Indipendenza!

  1. ZAZA RAMBETTE 20 décembre 2015 / 19 h 01 min

    Je ne suis pas persuadée que ces nationalistes réclament l’indépendance de cette région. Les corses sont trop contents de toucher les subventions de l’état. Elle bénéficie de longue date d’un Statut fiscal dérogatoire motivé par son insularité. Sans la France, la Corse ne vivrait que de châtaignes ! Et pour bien connaître cette région, les châtaignes, c’est bourratif ! Alors restons sérieux, ce type de revendications sont du même tonneau que celles de la Guadeloupe et de la Martinique qui sont bien heureux de vivre sur le dos des contribuables de la métropole. Bonne soirée.

    J'aime

    • Pangloss 20 décembre 2015 / 19 h 17 min

      Tu fais partie de ces gens qui veulent faire le bonheur des autres même s’ils ne le veulent pas. Et, comme prévu dans mon article, tu répètes des clichés. Si la Corse te coûte cher, tu devrais souhaiter qu’elle soit indépendante.
      Il y a un demi-siècle, on répétait que « l’Algérie, c’est la France » et ce sont les socialistes qui y ont envoyé le contingent.
      Bonne soirée.

      J'aime

  2. BOUTFIL 20 décembre 2015 / 22 h 54 min

    ça m’a bien plu à moi cette Corse qui relève la tête et leur fait un bras d’honneur, j’aurai bien aimé que les Bretons en fasses autant au lieu de voter pour ce faiseur d’embrouilles de Le Driant, pas la peine de sortir les bonnets rouges pour ensuite aller voter la queue entre les jambes, pardon Zaza, mais franchement, ça m’ écœurée !

    J'aime

    • Pangloss 21 décembre 2015 / 8 h 42 min

      Pour un bras d’honneur, c’est un bras d’honneur! Je ne sais pas ce qui en sortira mais on a bien rigolé ici. Une élection démocratique qui dit merde à ‘Etat français, ça devrait faire réfléchir. Mais, comme je l’ai dit, on ne sait pas quoi faire ni dire à Paris.

      J'aime

    • ZAZA RAMBETTE 21 décembre 2015 / 9 h 46 min

      @Danielle. Les bretons se battent depuis très longtemps contre le pouvoir centrale, Paris, mais ont l’intelligence d’avoir compris que le nationalisme n’avait pas sa place dans une élection régionale, voire nationale!
      Et ce n(est pas ce qui démange certaines associations comme KAD, Kelc’h an Dael.
      Tu imagines en Bretagne le même scénario d’investiture de jeudi dernier de l’autonomiste Gilles Simeoni ayant accédé à la présidence du Conseil exécutif de la Collectivité territoriale (CTC), le mini gouvernement de l’île, tandis que l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni s’est installé au perchoir de l’Assemblée de Corse pour faire un discours en corse ! Est ce que l’ami Pangloss a tout compris de ce discours ?????
      Mais c’est une violation de l’article 5 de la constitution, Le président de la république est le garant des intérêts vitaux de la Nation. Notre belle langue française est la langue officielle de notre pays. Les langues régionales sont une richesse qui font partie du patrimoine régional.
      Tu le sais, je parle et j’écris le breton, et il m’arrive de m’exprimer dans cette langue régionale. Mais toujours avec une traduction simultanée, car nombre de mes lecteurs seraient complètement largués.
      @Pangloss. Petite rectification pour ce qui concerne la guerre l’Algérie. Le 1er novembre 1954 : est la date du déclenchement de l’insurrection armée par le F.L.N. Edgard Faure qui a décrété l’état d’urgence à la suite de cette insurrection. En 1942 il a tout de même rejoint les quartiers généraux de Charles de Gaulle à Alger et a assuré le rôle ministre de l’agriculture et de l’éducation nationale sous Le grand Charles, et ministre d’état sous Pompidou. Ah bien sûr, cela lui a valu son exclusion du parti radical de gauche !

      J'aime

      • Pangloss 21 décembre 2015 / 11 h 17 min

        Un ti strazia: aghju capitu tuttu. (ne te fais pas de souci: j’ai tout compris)
        Et à part ça, qu’est-ce que ça peut te faire que la Corse soit indépendante, autonome ou autre chose?

        J'aime

  3. atoilhonneur2 20 décembre 2015 / 23 h 03 min

    ah ! enfin, un billet sur le sujet ! hallucinant le silence du pouvoir sur cette question. je vais essayer d en faire aussi un demain.

    J'aime

    • Pangloss 21 décembre 2015 / 8 h 43 min

      Il serait intéressant de voir ce qu’on en dit à l’étranger dans les pays (Espagne, Belgique, Gtande-Bretagne) où il y a des problèmes similaires.

      J'aime

  4. Mespetibonheurs 21 décembre 2015 / 10 h 49 min

    Dans ou hors de l’Europe, en cas d’indépendance ? 😉

    J'aime

    • Pangloss 21 décembre 2015 / 11 h 17 min

      Dans l’Europe.

      J'aime

  5. mamedjo 21 décembre 2015 / 11 h 17 min

    quand on vend du terrain avec des gens dessus ça ne leur plait pas et c’est normal…enfin c’est normal quand on est en France et que ce sont les indiens d’Amerique qui revendiquent .
    moi maintenant ce qui me ferait marrer c’est que le gouvernement essaie de revendre la Corse pour remonter ses finances .
    avec tous les beaux bateaux de riches de partout qui mouillent dans les criques , il doit bien rentrer du blé en Corse , rien qu’a voir le prix de leurs clementines ..lol
    moi je suis royaliste et indépendantiste créatrice de l’association de défense des citoyens de la rue de l’église de ma commune , alors je soutiens tous ceux qui disent merde au pouvoir quels qu’ils soient ..
    vale!

    J'aime

    • Pangloss 21 décembre 2015 / 11 h 37 min

      Merci de ton soutien! En votant indépendantiste, les Corses ont refusé, la gauche, la droite et les autres. On verra ce qui en sortira.

      J'aime

  6. jacquesetienne 21 décembre 2015 / 12 h 11 min

    Personnellement, je ne vois aucun inconvénient à ce que la Corse se sépare de la France si tel est son bon plaisir et qu’elle est prête à en assumer les conséquences.

    J'aime

    • Pangloss 21 décembre 2015 / 15 h 44 min

      Comme je ne peux prévoir l’avenir, je me contente de me réjouir des résultats des élections. Les conséquences? On verra bien. Ce n’est pas de mon ressort.

      J'aime

  7. nouratinbis 21 décembre 2015 / 16 h 50 min

    Vive la Corse et vive les Corses!
    Ah, la voilà bien emmerdée leur République, avec sa démocratie à la con qui lui revient à travers la gueule comme un boomerang!
    Moi je suis d’un pays colonisé par les Français et qui se situe entre la rive gauche du Var et l’Italie.
    Hélas cette colonisation réussie fait que nous ne sommes plus en mesure de tenir tête à la Gueuse. Les Corses, eux, ont su se préserver et garder leur identité, ça pourra les sauver s’ils renoncent aux maigres petits avantages que l’état de tutelle leur a consentis pour tenter de les amadouer. Je crois qu’ils en auront le courage!
    Amitiés.

    J'aime

    • Pangloss 21 décembre 2015 / 17 h 29 min

      Le suffrage universel réserve des surprises aux démocrates qui croyaient avoir bien verrouillé cette élection. J’en ris encore.
      Si les Corses ont voté de cette façon, c’est qu’ils ne sont pas contents de la situation que leur fait l’état français. Sinon, pourquoi changer? J’ai connu les balbutiements des autonomistes il y a déjà plus d’un demi-siècle. Leurs demandes étaient raisonnables, très modérées et très simples à satisfaire. C’est la politique « répressive » de la France (tantôt sournoise tantôt violente) qui a envenimé les choses et, d’une part, radicalisé petit à petit les revendications et, d’autre part, rallié de plus en plus de Corses au nationalisme. Pour la suite, qui vivra verra. Comme on sait, « le pouvoir corrompt ».
      Amicalement.

      J'aime

  8. Dr WO 22 décembre 2015 / 11 h 28 min

    J’attendais votre réaction. Intéressante mais contemplative. Votre opinion et vos désirs n’apparaissent pas nettement.

    J'aime

    • Pangloss 22 décembre 2015 / 20 h 02 min

      Mon opinion ne peut s’exprimer en quelques mots. Disons que -sur le principe- je suis partisan de ce qu’on pourrait appeler l’indépendance (notion à expliciter et qui demanderait un long développement). Ne serait-ce que parce que quand j’entends « la Corse appartient à la France », j’entends aussi que la France est propriétaire de la Corse, (le pays et ses habitants, ce qui me hérisse) parce qu’elle l’a achetée à la République de Gênes. Ce qui n’est pas totalement la vérité. Le texte du traité y compris les clauses secrètes est disponible en fac-simile sur internet. Reportez-vous y si cela vous intéresse. Le texte n’est pas très long. A cette époque la république corse, gouvernée démocratiquement par Pascal Paoli avait déjà déclaré son indépendance depuis quelques années (avant les Etats-Unis où l’on compte, quelques Paoli City). Les acheteurs ont donc dû faire valoir leur droit par la force des armes et par une répression d’une extrême sévérité qui a laissé des traces dans la mémoire des Corses (on peut encore voir à Corscia le monument aux morts des « pendus du Niolu ») et qui a duré longtemps: incendies des vergers d’oliviers ou de châtaigners, massacre du bétail, destructions de maisons des rebelles, pendaisons pour l’exemple (Marbeuf, celui de la rue proche des Champs-Elysées, se vantait d’avoir pendu au moins un Corse par jour pendant la durée de son mandat de gouverneur), déportations et même expérience d’un « camp d’extermination » en Provence dont 90% des internés étaient morts au bout d’un an (documents disponibles dans les archive départementales). Et puis l’Histoire a passé là dessus avec des hauts et des bas mais un sentiment particulariste a toujours perduré entretenu quelquefois par un sentiment anti-corse (j’ai lu des déclarations de Victor Hugo et de Clémenceau sur le sujet qui, aujourd’hui, mettraient le feu aux poudres et qui étaient du même tonneau que les textes d’Edouard Drumont ou de Léon Daudet sur les Juifs)). Ce n’est qu’au début des années soixante que la politique française s’est de nouveau intéressée à la Corse, accumulant les maladresses ou les provocations (donner par exemple le nom de Marbeuf au Lycée de Bastia très récemment débaptisé sous la pression des nationalistes), favorisant des affairistes, installant en Corse les riches colons pieds-noirs expulsés d’Algérie en leur accordant des avantages exorbitants au détriment des agriculteurs locaux, réglant les problèmes avec une forte présence policière et en s’appuyant sur les clans qui depuis la conquête avaient pris le parti de la France (un exemple parmi d’autres: Camille de Rocca-Serra actuel député de père en fils descend en droite ligne d’un notable anobli par Louis XVI « pour faits de collaboration »). Face aux revendications au début modestes des premier protestataires, les gouvernement successifs ont soit fait la sourde oreille soit accentué la pression pour aboutir à une opposition de plus en plus envenimée, au recours à des attentats et à la situation actuelle ou -de guerre lasse- les Corse ont voté pour les nationalistes.
      Je suis, comme vous dites « contemplatif ». Que puis-je faire d’autre? J’observe. Je ne peux prévoir l’avenir. Et, si je connais leurs objectifs, je ne sais quelles actions seront menées par les nouveaux élus ni surtout quelle sera la réaction du gouvernement (répression, opposition ou conciliation?). J’espère simplement que la paix civile ne sera pas en danger.
      Excusez-moi d’avoir été si long. Je vous répond par commentaire ne voulant pas revenir sur le sujet dans un article. Pour ne pas avoir à subir des commentaires comme ceux de ZAZA ou comme ceux que j’ai trouvés à la suite de l’article de Corto sur le sujet. Et me sentir obligé d’y répondre dans une polémique stérile.

      J'aime

  9. Dr WO 22 décembre 2015 / 23 h 10 min

    Grand merci pour ce petit article qui permet de comprendre beaucoup de choses. Le présent est toujours « contaminé » par l’histoire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s