Une réussite de l’Education nationale!

Comment peut-on, en France, passer son enfance et son adolescence dans les écoles de la République et en sortir sans savoir ni lire ni écrire? Voilà ce que ne nous dit pas ce reportage dans le 13 heures de France 2 diffusé récemment.

On nous montre plutôt comment une Française (une vraie, pas une immigrée arrivée en France il y a six mois et ne parlant pas un mot de notre langue), totalement analphabète, a courageusement décidé d’apprendre à lire avec l’aide d’une association, comment, maintenant qu’elle sait lire et écrire, elle se débrouille bien mieux qu’avant et quel objectif elle s’est fixé: passer un CAP. C’est très émouvant. On ne peut que la féliciter et souhaiter qu’elle persévère et qu’elle réussisse.

Une phrase a malheureusement échappé au comité de censure: cette dame, nous dit-on, « a quitté l’école à seize ans« . Ce qui veut dire -puisqu’elle l’a quittée- qu’elle y est entrée et qu’elle y a passé une dizaine d’années. Elle ne savait pas lire en sortant du CP. Même si elle a redoublé et qu’elle a été autorisée ensuite à entrer en CE1 et peut-être après en CE2, il est difficile d’imaginer qu’elle est restée jusqu’à seize ans dans la même classe que des enfants de huit ans. On suppose plutôt qu’elle est passée de classe en classe dans l’indifférence générale de ce qu’on appelle en pédagon « la communauté éducative ». Soit les enseignants (pluriel de rigueur car à l’évidence ils ont dû être plusieurs) ne se sont pas aperçus qu’elle était analphabète, soit ils ont considéré qu’elle faisait partie des « échecs scolaires » irrécupérables. Dans les deux cas, ils sont grandement coupables.

Et pourtant, à quarante ans passés et en quelques semaines, cette dame a appris à lire, à écrire, a enrichi son vocabulaire et envisage de passer un CAP; tout ça grâce à une association.

On se demande si « échec solaire » ne désigne pas plus l’échec de l’école que celui de l’élève.

Conclusion: laissons le soin d’enseigner les rudiments aux associations. C’est manifestement plus efficace.

Publicités

21 réflexions sur “Une réussite de l’Education nationale!

  1. ZAZA RAMBETTE 9 septembre 2015 / 18 h 21 min

    L’école est malheureusement devenue inappropriée au monde actuel et aux enfants qui n’ont pas les mêmes facilités. A force de tout globaliser, de tout niveler par le bas, l’échec est là ! Tu vois, dans mon coin, il y a un lycée qui pour les 6 et 5ème, des classes sont faites avec un maximum de 10 personnes. Les enfants admis dans ces classes ont des lacunes d’apprentissage basique. Cela existe depuis une dizaine d’années, sur le volontariat des profs et cela fonctionne ! La plus part peuvent regagner une 4ème normalisée. Bonne soirée.

    J'aime

    • Pangloss 9 septembre 2015 / 18 h 52 min

      Quand même! Dix ans à l’école et personne ne s’est soucié du fait qu’elle ne savait pas lire.
      Bonne soirée.

      J'aime

      • Pascale 13 septembre 2015 / 8 h 11 min

        Vous connaissez les SECPA ? A pleurer.

        J'aime

  2. Dr WO 9 septembre 2015 / 18 h 48 min

    C’est tout de même une histoire étonnante. Une élève invisible faisant partie du décor.

    J'aime

    • Pangloss 9 septembre 2015 / 20 h 26 min

      En France, plus de deux millions de personnes sont incapables de lire et de comprendre un texte simple. Ils sont un peu plus nombreux à avoir « des difficultés avec l’écrit ».

      J'aime

  3. amike 9 septembre 2015 / 19 h 28 min

    Si elle a été scolarisée, le reportage aurait dû plutôt parler d’illettrisme : « …l’apprentissage n’a pas conduit à la maîtrise de la lecture et de l’écriture ou que cette maîtrise a été perdue ».
    Le problème ne me semble pas se situer dans le passé mais le présent, qu’elle ait dû passer par une association plutôt qu’un service de l’EdNat pour adultes…

    Ou alors, l’association a fait du lobbying auprès des camarades de F2.

    J'aime

    • Pangloss 9 septembre 2015 / 20 h 40 min

      D’après France 2, cette dame ne savait ni lire ni écrire. Elle n’a jamais su. Point barre. Quant à l’Education nationale, ayant fait bénévolement du soutien scolaire, j’ai dû apprendre à lire à une petite fille que son institutrice de CE1 disait « légèrement à problèmes » et pour qui la seule solution était le redoublement à la fin de l’année si elle n’arrivait pas à suivre. Avec moi, elle a rattrapé son retard, passé dans la classe supérieure et bien réussi sa scolarité par la suite. Les méthodes d’apprentissage de l’EN ne conviennent pas à tout le monde. Résultat: des bacheliers avec mention qui font des fautes d’orthographe. Dans la boîte où j’étais, la DRH imposait une dictée aux postulants, même aux bac+3 ou 4. Elle a sans doute renoncé maintenant. Trouver un jeune qui sait écrire, c’est pratiquement mission impossible.

      J'aime

  4. fredi maque 9 septembre 2015 / 23 h 54 min

    Bon…comme vous j’ai vu ce reportage. Cette femme est bien brave et il faut saluer sa volonté de s’en sortir comme on dit. Mais il semble quand même qu’elle partait avec un certain nombre d’handicaps pour parler gentiment.
    Pour le coup je crois que l’EN n’y est pour rien.

    J'aime

    • Pangloss 10 septembre 2015 / 7 h 26 min

      Des handicaps qu’elle semble avoir surmonté si tant est qu’ils aient existé. L’EN a quand même gardé cette élève jusqu’à seize ans.

      J'aime

    • Pangloss 10 septembre 2015 / 17 h 08 min

      Merci!

      J'aime

  5. nouratinbis 10 septembre 2015 / 18 h 07 min

    Ce n’est rien ça, aujourd’hui elle aurait eu son bac et elle serait en fac, comme tous ses potes analphabètes.
    Merci la République et tant pis pour les 300 milliards que cette plaisanterie nous bouffe…ils ne sont pas perdus pour tout le monde…
    Bonne soirée.

    J'aime

    • Pangloss 11 septembre 2015 / 7 h 29 min

      Au lieu de viser le CAP, elle devrait viser le bac.
      Bonne journée.

      J'aime

  6. Pascale 10 septembre 2015 / 19 h 07 min

    Je pense que ce reportage (que je n’ai pas vu) n’a probablement pas tout dit : était elle régulièrement absente ? Délaissée, au fond de la classe, par les professeurs ? Exclue de toute activité de groupe ou peut être se cachait elle habilement derrière des élèves qui, eux, se débrouillaient plutôt bien ?

    J'aime

    • Pangloss 11 septembre 2015 / 7 h 28 min

      Délaissée par ses professeurs? On peut le croire. Elle a dû passer de classe en classe dans l’indifférence générale. C’est pourtant le boulot des profs de détecter les enfants qui ont des difficultés.

      J'aime

      • Pascale 13 septembre 2015 / 8 h 10 min

        Vi. Mais c’est devenu plus que fastoche de les berner… la preuve ! Pour éviter pareille désillusion, mon fils étudie dans le privé. Aucune grève, et ça bosse !

        J'aime

      • Pangloss 13 septembre 2015 / 9 h 15 min

        Il y a des enseignants qui s’occupent des élèves et, ailleurs, des élèves qui justifient l’existence des enseignants.

        J'aime

  7. mamedjo 11 septembre 2015 / 19 h 00 min

    quand un groupe a tous les pouvoirs jusqu’à imposer un cahier de telle couleur de tel nombre de pages et de telles dimensions, il faut se méfier de ses compétences réelles …comment voulez vous qu’ils s’adaptent aux difficultés des élèves puisque la couleur d’un cahier fout leur cours en l’air ?

    J'aime

    • Pangloss 12 septembre 2015 / 17 h 05 min

      J’ai eu récemment sous les yeux une liste des fournitures demandées à un élève. Ces gens sont des fous furieux. Ce qu’on me demandait, c’était seulement des copies normalisées pour les devoirs sur table et un stylo pour écrire à l’encre. Pour le reste (gomme, règle, compas etc), un peu de bon sens devait suffire.

      J'aime

      • mamedjo 12 septembre 2015 / 19 h 33 min

        j’ai pensé à toi aujourd’hui alors que je roupillais devant questions pour un super champion mettant en compétition des professeurs et des maîtres d’école …on a demandé le nom d’un reptile de je ne sais ou et un candidat a proposé le diable de Tasmanie!
        je ne connaissais pas le reptile aux écailles colorées mais le diable de Tasmanie a du virer sa cuti pour devenir un reptile !
        pas seulement fous furieux ces gens là …
        bonne soirée, la cloche de l’église sonne un » trepassement » , je ne sais qui est mort dans le village …il ou elle ne verra pas la suite de l’abêtissement programmé de notre société.
        je n’ose même plus te mettre vale, morituri te salutante doit être plus indiqué.

        J'aime

      • Pangloss 13 septembre 2015 / 9 h 05 min

        Le diable Tasmanie un reptile? On est foutu!
        Vale quand même!

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s