Ça commence bien

Il est dans Paris certaines rues déshonorées autant que peut l’être un homme coupable d’infamie; puis il existe des rues nobles, puis des rues simplement honnêtes, puis de jeunes rues sur la moralité desquelles le public ne s’est pas encore formé d’opinion; puis des rues assassines, des rues plus vieilles que de vieilles douairières ne sont vieilles, des rues estimables, des rues toujours propres, des rues toujours sales, des rues ouvrières, travailleuses, mercantiles. Enfin, les rues de Paris ont des qualités humaines, et nous impriment par leur physionomie certaines idées contre lesquelles nous sommes sans défense. Il y a des rues de mauvaise compagnie où vous ne voudriez pas demeurer, et des rues où vous placeriez volontiers votre séjour.

Honoré de Balzac. Ferragus, chef des dévorants.

Publicités

11 réflexions sur “Ça commence bien

  1. ZAZA RAMBETTE 14 août 2015 / 15 h 08 min

    Un bel extrait de cette comédie humaine…! Cela n’a pas changé mon Pangloss, surtout en lisant l’article d’hier de l’amie Boutfil. Bonne fin d’après midi.

    J'aime

    • Pangloss 14 août 2015 / 16 h 02 min

      C’est le début. Après, c’est chiant. je l’ai lu il y a longtemps. Hier, il m’est tombé des mains.
      Bonne soirée.

      J'aime

      • ZAZA RAMBETTE 14 août 2015 / 16 h 42 min

        Balzac, il fait aimer et s’accrocher… (rires)

        J'aime

  2. nouratinbis 14 août 2015 / 16 h 19 min

    C’est quand même bien torché, faut avouer…
    Bonne soirée.

    J'aime

    • Pangloss 14 août 2015 / 16 h 43 min

      C’est du vrai grand Balzac. C’est après que ça se gâte. L’histoire est ennuyeuse.
      Amicalement.

      J'aime

  3. Dr WO 15 août 2015 / 6 h 55 min

    J’ai toujours eu beaucoup de mal à lire Balzac. J’ai la même honte avec Proust et je le regrette.
    Un coup de déprime ? La médiocrité ne vous amuse plus ?

    J'aime

    • Pangloss 15 août 2015 / 7 h 58 min

      Il fut un temps où Balzac me plaisait et même m’amusait. Il y a une forme d’humour dans ses descriptions. Maintenant, j’ai du mal.
      La médiocrité répétitive de la radio d’Etat (à part quelques émissions de France-Culture) m’agace. Je me sens insulté.

      J'aime

  4. BOUTFIL 15 août 2015 / 9 h 00 min

    Balzac a bien vu et rien n’a vraiment changé, sauf la population des rues,
    j’ai toujours eu du mal avec lui…..c’est pas bien , je reconnais …..

    J'aime

    • Pangloss 15 août 2015 / 9 h 24 min

      Les écrivains écrivaient pour plaire, pour avoir des lecteurs. Quand ils n’y arrivent pas, ce n’est pas toujours la faute des lecteurs.
      Bonne journée.

      J'aime

  5. Pascale 15 août 2015 / 14 h 14 min

    « Il y a des rues de mauvaise compagnie où vous ne voudriez pas demeurer, et des rues où vous placeriez volontiers votre séjour »… Déjà !

    J'aime

    • Pangloss 15 août 2015 / 15 h 29 min

      Eh oui! Déjà! Et malgré tous les ministres qui se sont succèdés depuis, ça ne s’est pas arrangé, loin de là.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s