Ni fraîche ni joyeuse (1)

Je classe des papiers et je trouve des photocopies du carnet d’un soldat de la première guerre mondiale (tué en 1916). C’est un peu en désordre. Voici un extrait:

« Le dimanche 9 mai à 6 heures, 1100 pièces d’artillerie se mirent à tonner ensemble jusqu’à 10 heures. Nous étions tous abrutis par le bruit des détonations et le sifflement des obus qui passaient au dessus de nos têtes. A 10 heures, nous escaladons le parapet et en avant pour la boucherie. Après un pas de gymnastique de 200 mètres, nous voilà à la ligne boche. Tous les types se rendent sauf une mitrailleuse servie par des fanatiques qui nous tirent dessus à 10 mètres. Après cinq minutes de lutte qui nous coûtent une trentaine d’hommes, nous arrivons sur eux. Deux sont morts et les deux autres subissent le même sort en dépit de leurs « kamerats ». Après pareil accueil, nous étions enragés. Et puis en route pour la deuxième ligne. Les hommes dégringolent autour de moi. J’en arrive à ne plus entendre les hirondelles de cimetière (le sifflement des balles) tellement il en passe. Non seulement les lignes tirent sur nous mais en avant de la Targette se trouve un fortin qui fait de la bonne besogne à nos frais. »

Voilà. Si ça vous plaît, j’en publierai d’autres extraits. Il y a même des dessins. Mais ça, c’est si vous êtes sages.

Publicités

14 réflexions sur “Ni fraîche ni joyeuse (1)

    • Pangloss 10 juin 2015 / 9 h 45 min

      Il y en a des brouettes. Ce carnet est inédit.

      J'aime

  1. ZAZA RAMBETTE 10 juin 2015 / 10 h 07 min

    Dur et émouvant Pangloss, ce qui ressemble aux lettres de mon grand-père maternel, envoyés à sa promise, ma grand-mère, quand il avait été muté dans les tranchés après s’être caché dans la caserne de Vitré, où il avait été soigné, pour ne pas repartir aux Dardanelles ! C’est bien de faire du ménage de temps en temps, on en trouve des choses…!!!! Bonne journée mon ami.

    J'aime

    • Pangloss 10 juin 2015 / 10 h 13 min

      Avant d’envoyer des gens à la guerre, il faudrait réfléchir un peu.
      Bonne journée.

      J'aime

  2. jacquesetienne 10 juin 2015 / 12 h 53 min

    Je ne sais trop pourquoi mais je n’aime pas vraiment les guerres. Qu’elles soient fraîches et joyeuses ou chaudes et tristes, civiles ou impolies, nucléaires ou traditionnelles, on a beau m’en vanter les insignes mérites, je ne parviens pas à m’enthousiasmer.

    J'aime

    • Pangloss 10 juin 2015 / 13 h 01 min

      Moi, je sais pourquoi: c’est dégueulasse.

      J'aime

  3. Dr WO 10 juin 2015 / 17 h 28 min

    Ce n’est pas plaisant mais effroyablement véridique. Une affreuse boucherie insensée, homme contre homme et non pas à distance.

    J'aime

    • Pangloss 10 juin 2015 / 17 h 36 min

      Raconté froidement par ce soldat, c’est encore plus affreux. C’était un homme cultivé, qui dessinait ce qu’il voyait, parlait de la nature ou de littérature, plaignait quelquefois ses ennemis mais qui, dans le feu de l’action, devait se battre sans réfléchir.

      J'aime

  4. nouratinbis 10 juin 2015 / 18 h 27 min

    Une trouvaille, dis donc! Oui, bien sûr, publie autant que tu pourras, en plus c’est bien écrit.
    Ca nous donnera une idée de cette abomination où les conneries de la République nous a
    entraînés et qui a sonné le glas de la France en faisant disparaître le gros de ses forces vives.
    Amitiés.

    J'aime

    • Pangloss 10 juin 2015 / 19 h 01 min

      Bon, d’accord. A ta demande générale, j’en publierai encore quelques extraits.
      Bonne soirée.

      J'aime

  5. BOUTFIL 10 juin 2015 / 19 h 44 min

    oui, oui, moi aussi, comme Nouratin, j’en veux bien d’autres , la guerre de 14 a été épouvantable, mes 2 grands pères qui ‘avait faite, en parlaient tous les 2, un avait perdu une jambe, l’autre avait été gravement blessé au visage,
    la guerre n’est jamais faite par ceux qui la déclanche mais par les pauvres gars qui y vont pendant qu’à l’arrière les gros se gobergent en vendant armes et munitions, rien n’a changé dans le fond !

    J'aime

    • Pangloss 10 juin 2015 / 20 h 05 min

      Même réponse qu’à Nouratin: je publierai d’autres extraits.
      Bonne soirée.

      J'aime

  6. lenonce 11 juin 2015 / 8 h 09 min

    Ces récits ont encore maintenant quelquechose d’ « extra-ordinaire ».
    Je me demande toujours comment on arrivait à conduire à l’assaut ces pauvres gens sous des grèles de balles et des pluies d’obus !

    J'aime

    • Pangloss 11 juin 2015 / 10 h 25 min

      A la lecture de ce carnet, on se rend compte que, dans cette situation extraordinaire, ces malheureux trouvaient leur vie ordinaire: au bout de quelques semaines, leur quotidien, horrible à nos yeux et aussi aux leurs, était ordinaire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s