Pédaler dans la semoule le nez dans le guidon.

Cazeneuve veut créer une nouvelle instance du culte musulman pour remplacer le CFCM qui est, on est bien obligé de le reconnaître, un échec patent. Sarko, toujours partisan des demi-mesures, croyait qu’avec l’aide de Boubakeur, il allait pouvoir circonscrire les problèmes posés par la communauté musulmane à la seule dimension religieuse et qu’à travers le recteur de la Grande Mosquée, il allait pouvoir contenir les pressions communautaristes en échange de quelques concessions.

Comme on a pu le voir, c’est raté. Le CFCM de Boubakeur a perdu toute crédibilité tant auprès d’une grande partie des musulmans que du gouvernement.

Alors Cazeneuve va se mêler de tout, du recrutement d’imams, de l’abattage rituel, de prévoir les diplômes qu’ils devront obtenir pour exercer dans les hôpitaux et les prisons, de leur inculquer les valeurs de la République et même de veiller à ce qu’ils parlent français.

C’est reconnaître officiellement que, pour l’instant, la situation est préoccupante et que « l’islam de France », pourtant religion de paix et d’amour, pose problème. Mais Cazeneuve, en croyant l’encadrer, ne fait que lui donner encore plus d’importance. Ce faisant, il n’empêchera pas qu’à côté de sa nouvelle instance de dialogue, continue de prospérer et de se répandre un islamisme réfractaire au valeurs de la République qui en tant que tel n’a pas vocation à rejoindre la nouvelle instance, avec des imams qui prêcheront le djihad, des recruteurs qui enverront des volontaires en Syrie, des réseaux qui soutiendront les terroristes et un communautarisme qui se renforcera.

En réalité, il se trouvera devant une alternative: soit sa nouvelle structure attirera toutes les tendances de l’Islam et deviendra la « vitrine légale » d’un Islam de plus en plus radical, soit l’Islam intégriste refusera de faire partie de cette instance, manifestant ainsi son indépendance, continuera d’agir dans une semi-clandestinité et tirera bénéfice de son refus en proclamant qu’il refuse la « collaboration ».

Il n’est pas inutile de réfléchir avant d’agir ni de prévoir les éventuelles conséquences des décisions qu’on prend.

Publicités

2 réflexions sur “Pédaler dans la semoule le nez dans le guidon.

  1. Dr WO 26 février 2015 / 11 h 22 min

    Je crois comme vous à ces conséquences possibles. Mais quelles sont les solutions ??? Comment intégrer une minorité qui s’y refuse, que l’on ne peut pas expulser et si l’on respecte les principes d’un Etat de droit ?

    J'aime

    • Pangloss 26 février 2015 / 12 h 29 min

      Il n’y a pas de solution. C’est trop tard. Face à l’Islam la France a perdu la bataille. La situation ne peut que s’aggraver. Il ne reste que la « soumission » selon Houellebecq en espérant que la réalité ne soit pas pire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s