Un siège peu éjectable

Sylvie Andrieux, députée socialiste, condamnée en première instance, recondamnée en appel (trois ans dont deux avec sursis, une amende et cinq ans d’inéligibilité) vient de voir rejeté son pourvoi en cassation. Ce qui rend sa condamnation définitive. Elle avait distribué de fortes sommes d’argent public à des associations fictives, en fait aux dirigeants de ces associations à charge pour eux de soutenir sa candidature à la députation.

Elle ne l’avait emporté que d’extrême justesse face à son adversaire qui aurait quelques raisons de se plaindre..

Suite à ses aventures judiciaires, elle a été exclue du PS en 2013 mais a continué à siéger à l’Assemblée depuis.

Le rejet de son pourvoi date de déjà un mois. L’Assemblée ne l’a pas exclue pour autant, c’est elle qui a démissionné. Et seulement maintenant.
Sans commentaires.

Dommage! C’était bien parti

Les primaires de la gauche promettaient d’être un grand moment de cirque démocratique (j’économise mes guillemets, si vous en avez de reste mettez-les à démocratique). On avait des premiers rôles (tous les anciens ministres), des seconds couteaux arrivés là pour ramasser quelques miettes ou pour faire entendre leur différence (dont tout le monde se fout) et même de quasi sinon parfaits inconnus.

Las! Cambadélis veut mettre de l’ordre dans tout ça et même offrir un spectacle de qualité. Il ne se rend pas compte que c’est la pagaille qui fait saliver les Français dans l’attente de cette primaire. Pour cela il est prêt à faire descendre dans son arène Macron et Mélenchon qui -pas fous- font la sourde oreille. Qui serait assez bête pour risquer de se faire éliminer à la primaire alors qu’il peut participer au premier tour de la présidentielle?

Il va falloir se contenter d’une primaire de gauche aussi peu amusante que celle de droite. Sauf si la troupe se rebiffe contre son metteur en scène. Alors socialistes nantis, gauchistes des beaux quartiers, progressistes de tous poils et de toutes obédiences, présidents de partis fantômes, chefs de courants à faible voltage, notables de banlieues ou de chefs-lieux de canton, présentez-vous! Sachez qu’au pays des aveugles, tous les aveugles ont leur chance de monter sur le trône surtout s’ils réussissent à faire croire qu’ils ne sont que borgnes.

Faites-nous rire!

Irrécupérable!

Sur Cuba, Ségolène en rajoute une couche. Interpellée par un député, elle a déclaré: « Dire d’un pays qui reçoit 4 millions de visiteurs et de touristes par an qu’il s’agit d’une dictature, ce n’est pas vrai, M. le député. »

Le nombre de touristes comme preuve de la démocratie! N’importe quoi! Elle aurait dû raconter ça aux Tunisiens qui subissaient le joug de Ben Ali.

Cette pauvre femme ne se rend même pas compte de ce qu’elle dit. Comment elle a pu arriver là où elle est reste pour moi un mystère.

Sombre dimanche

Il y a des nouvelles qui vous foutent le bourdon. L’annonce de la mort de Marcel Gotlib est de celles-là. On a tout dit sur son immense talent de dessinateur et d’humoriste. On parle peu de sa gentillesse. Je peux en attester: j’ai eu plusieurs fois l’occasion de le rencontrer. Et je suis triste.

Il y a aussi des nouvelles qui vous foutent en rogne. Celle du discours de Ségolène à Cuba, par exemple. Bon, d’accord, il n’aurait fallu envoyer personne pour verser une larme officielle, socialiste et fraternelle sur les cendres du barbu sanguinaire. Mais en haut lieu on a trouvé que ça ferait plaisir à ceux qui, en France ont dans leur tiroir un T-shirt du Che. On a donc décidé d’envoyer quelqu’un pour représenter la France (il y a des moments où je ne me sens pas du tout français). C’était déjà une faute grave. On a décidé d’y expédier Ségolène en sa qualité d’ex-Mémère et de ministre de la verdure. Là c’était tout simplement une connerie.

Ceux qui la connaissent et qui l’ont envoyée à Cuba auraient dû se douter que c’était une erreur et que, quand il y a une connerie à dire, comme le chantait Aristide Bruant, elle n’est « jamais en arrière ». Donnez-lui un micro et laissez aller: elle vous en pond une et une belle! Une de celles qu’il faut ensuite « relativiser », « replacer dans son contexte » ou même « démentir ». Comme elle se croit de gauche et qu’elle pense que la fidélomanie (ou la castrophilie, au choix) fait partie des fondements du solférinisme, elle y est allée de bon cœur.

Allez! Un peu de patience! Encore quelques mois et on sera débarrassé.

Mais je garde une pensée pour Marcel Gotlib.

Mondialisons le monde!

Le patrimoine mondial de l’Humanité version UNESCO, s’enrichit en permanence. Ça a commencé par des cathédrales et des monuments remarquables. On en est maintenant à la bière belge et la rumba cubaine. J’imagine le boulot « épuisant » des gens qui examinent les dossiers de candidature (avec modération, je l’espère, en ce qui concerne la bière belge).

On aurait plus vite fait d’inscrire une bonne fois pour toute notre petite planète au patrimoine mondial de l’Humanité. Ce ne serait que la pure vérité et permettrait de faire l’économie de quelques fonctionnaires de l’UNESCO à qui on pourrait trouver un vrai boulot.

Après l’abdication

Juppé et Pépère: Digne, digne, digne. Même son de cloches.

*******

Il a déposé son bilan. Ses créanciers auront du mal à obtenir ce qu’il leur a promis.

*******

Je regrette qu’il ne se présente pas à la primaire. J’aurais aimé voir ses copains lui dire ses quatre vérités.

*******

Le capitaine renonce à commander le pédalo. L’équipage se dispute sa place. Mais ce n’est quand même plus qu’un pédalo: il a retaillé le navire à sa mesure. « Ne m’appelez plus jamais France ».

*******