Un début

« Le gouvernement a entendu les gilets jaunes », a dit le ministre de l’environnement. Il en déduit que les mécontents n’ont pas compris (les Français sont d’indécrottables non-comprenants) que c’était pour leur bien qu’on leur piquait leur pognon. Et qu’on va continuer.

Il va donc falloir faire encore de la « pédagogie ». La pédagogie macronienne, ça consiste à expliquer aux gens qu’ils ont tort de penser ce qu’ils pensent et de se retrouver fauchés le vingt du mois. Avec les taxes sur les carburants, ce sera le quinze. Franchement! Pour cinq jours de plus, on ne va pas en faire un fromage.

Et puis, les taxes, c’est bon pour la planète. Argument imparable.

En haut lieu, on devrait donner l’exemple et arrêter des balader dans le monde entier pour un oui ou pour un non, de faire des « itinérantes mémorielles », des tournées dans les « territoires », des bains de foule sans foule et des conseils des ministres décentralisés comme si le téléphone, le fax, skype, les vidéo-conférences etc n’avaient pas été inventés. Ce serait un début.

Publicités

Journalistiquement correct

D’abord, un marronnier journalistique: ma télé a fait un sujet sur les gilets jaunes et sur les blocages qu’ils promettent. Des opposants à la chose sont interrogés et ils répètent (comme sans doute on les a priés de le faire) l’antienne qu’on entend à chaque grève et à chaque manifestation: « Nous sommes pris en otages ». Drôle d’époque où, un jour ou l’autre, la moitié des Français est « prise en otage » par l’autre moitié. Ce qui est amusant c’est que ce n’est pas toujours la même moitié.

*******

Un certain Morad Akaouch a tué un certain Youssef Laachouchi à la sortie d’une discothèque bien que manifestant ostensiblement des tendances à la radicalisation islamiste et déjà signalé pour cela. Envoyé en prison, de plus en plus radical et toujours signalé, il a poignardé deux surveillants.

Bon, rien d’extraordinaire, me direz-vous, en notre époque de vivrensemble et de multiculturalisme.

Ce qui m’amuse, dans cette histoire, c’est que ce charmant jeune homme, installé en Corse dans la région de Porto-Vecchio avec sa famille venue du Maroc est, décrit par le journaliste qui rapporte l’affaire comme « Porto-Vecchiais ».

Droit du sol, que de conneries on écrit en ton nom!

Gilet pare-balles contre gilet jaune ?

La grogne, le ras-le-bol, le gilet jaune puisqu’il faut l’appeler par son nom, préoccupe le gouvernement. Je trouve d’ailleurs cocasse que les automobilistes qu’énervent les augmentations de carburant, utilisent ce gilet qu’on leur a imposé naguère pour manifester leur mécontentement.

Quoi qu’il en soit, Edouard Philippe a cru bon d’essayer d’éteindre le feu qu’il a allumé avant qu’il ne devienne un incendie incontrôlable en annonçant quelques mesures d’aide au changement de véhicule et à l’abandon du chauffage au fuel. Je l’ai entendu ce matin à la radio expliquer que les pauvres les ménages-les-plus-modestes bénéficieront d’une prime pouvant aller jusqu’à quatre mille euros pour acheter une nouvelle voiture. Passons sur le côté technocratique du discours destiné sans doute à cacher que bien peu de gens pourront profiter de ces mesures. Il espère sans doute que les futurs bénéficiaires de ses largesses (ou ceux qui croiront pouvoir en être) renonceront ainsi à manifester le 17 novembre prochain.

C’est gentil de sa part mais il n’est pas certain que les « plus modestes » dont il parle aient mis de côté l’argent destiné à compléter la somme nécessaire à l’achat du véhicule qui leur permettra de lutter contre l’effet de serre et la diffusion dans l’atmosphère de particules fines.

Quant aux autres, les plus riches des pauvres, ceux qui n’auraient droit qu’à mille euros, sont-ils si riches que ça? Le premier ministre donne l’exemple d’une 206 achetée dans les années 2000. Est-on si riche que ça quand on roule dans une voiture qu’on a achetée quand Chirac était président et dont le compteur affiche sans doute un kilométrage en rapport?

Et puis, il y a les autres, ceux qui ne sont pas pauvres mais pas riches non plus et qui goûtent peu le fait de voir le réservoir de leur voiture transformé en pompe à phynance de ce gouvernement ubuesque?

Et enfin, tous les autres, que les augmentations du prix des carburants n’enrichissent pas, profitent de ce prétexte pour dire qu’ils commencent à ne plus apprécier la manière dont ils sont gouvernés et qui ne se reconnaissent pas dans les discours que l’on fait en leur nom, renonceront-ils à leur gilet jaune? Et s’ils ne se déplacent pas, seront-ils pour autant d’accord avec l’équipe au pouvoir? On peut en douter.

Surtout si le gouvernement croit que la menace de leur envoyer les CRS en tenue anti-émeute en cas de blocage peut augmenter le nombre de satisfaits lors du prochain sondage.

On le voit, on s’éloigne de plus en plus du prix des carburants, des gaz à effet de serre et des micro-particules pour s’approcher de plus en plus des prochaines élections européennes.

A tel point que je ne serais pas surpris si, dans les manifestations qu’on nous annonce, on trouve des gens qui n’ont pas de voiture.

U centu settanta tre

Chanson en souvenir du 173ème RI dit « Le régiment des Corses ».

Pas très « Taratata rataplan zim boum » mais plus en rapport avec la boucherie que fut cette guerre.

*******

Pendant cette guerre, en Prusse orientale, des universitaires allemands ont enregistré les prisonniers de toutes les nationalités; dont des Corses. Voici une chanson de cette époque: « Lettera a mamma » dont les paroles ont peut-être été écrites par un de ces prisonniers.

*******

La guerre, c’est bien quand ça s’arrête. C’est encore mieux quand ça ne commence pas.

Maréchaux, nous voilà!

Honorer les maréchaux de la Grande Guerre, c’est bien une idée de gens de la haute! Un président Jupitérien ne pouvait frayer, même post mortem, qu’avec le dessus du panier. Ce sont eux qui ont gagné la guerre, nous dit-on. Ah bon? Et les centaines de milliers de braves gars qu’ils envoyaient au casse-pipes, ils ont fait quoi?

Quand on est général, on est à l’abri de la mitraille, de la boue et de la vermine, on a une chance sur deux d’être vainqueur, exactement comme le général d’en face. Si on gagne, on devient maréchal. Une chance sur deux de gagner le jackpot, c’est pas le Loto qui vous offrirait ça!

Et si on perd, ce n’est pas trop grave, contrairement aux soldats qui -vainqueurs ou vaincus- ont, eux, une très bonne chance d’y laisser leur peau. Tenez par exemple, le général Nivelle, celui qui a associé son nom à la boucherie du Chemin des Dames (une commission d’enquête a conclu « Pour la préparation comme pour l’exécution de cette offensive, le général Nivelle n’a pas été à la hauteur de la tâche écrasante qu’il avait assumée » Wikipedia), eh bien! en 1920 il a été promu à la dignité de Grand-Croix dans l’ordre de la Légion d’Honneur, a été décoré de la médaille militaire et est mort dans son lit après une fin de carrière confortable.

Avec les roquets imbéciles qui, dans notre malheureux pays, font « dans » la politique, à l’affût du moindre sujet de polémique, honorer des maréchaux parmi lesquels se trouve Pétain, c’était une erreur. Il aurait été plus sûr d’honorer l’ensemble des poilus.

Il y en a qui veulent faire la différence entre le Pétain de 1917 et celui qui fut à la tête de l’Etat français et qui collabora activement (il aurait pu traîner les pieds!) avec l’Allemagne au point de participer à la solution finale avec « les lois juives » et la rafle du Vel d’hiv’.

Désolé! Pour moi, c’est le même Pétain. Combien d’assassins ont débuté dans la vie en étant de charmant jeunes gens? Le « bon » docteur Petiot a dû faire la fierté de sa famille quand il est devenu médecin. Il a peut-être guéri de nombreux malades. C’est ensuite que ça s’est gâté.

Et Hitler? Hein, Hitler? Il s’est très bien conduit pendant la guerre de 14-18, le petit Adolf, au point d’être décoré de la Croix de fer. Qui oserait dire qu’il conviendrait d’honorer le courageux combattant de la première guerre mondiale tout en condamnant le führer du Troisième Reich?

Pour moi, si le futur peut parfois racheter le passé, le passé n’excuse jamais le futur.

Pétain a été frappé d’indignité nationale. Sans restriction. On ne revient pas là-dessus.

Et Macron a, encore une fois, manqué une belle occasion de réfléchir avant d’agir.

Jaune cocu

Ceux qui ne sont pas contents vont mettre un gilet jaune sur la plage avant de leur voiture. Il y en a, dans l’opposition, qui en profitent pour dire qu’il y a des gens qui ont besoin de leur bagnole pour « aller au chagrin » (une expression que l’on entend plus guère mais qui dit bien ce qu’elle veut dire). Et souvent de rouler au diesel dans un véhicule pas tout jeune.

Alors Macron, bien qu’en pleine itinérance mémorielle, envisage de les aider. Pas à acheter une de ces voitures électriques qui coûtent la peau du dos. A priori, ils ne sont pas contre le fait d’avoir une voiture neuve mais leur dos déjà tondu à ras ne supporterait pas l’écorchage. Macron songe à leur rendre ou à leur faire rendre par leur employeur une partie du pognon qu’il leur pique. On verra ce que ça donnera.

Mais les retraités qui vivent loin des villes trop chères pour leur bourse, ceux dont la retraite n’a pas été revalorisée (du moins pas autant, ai-je lu quelque part, que l’allocation aux demandeurs d’asile), ceux à qui on a fait le coup de la petite CSG qui monte, qui monte, comment feront-ils?

Un exemple au hasard, moi. Le super-marché où je fais mes courses est à une quinzaine de bornes, le pharmacien est à côté, le toubib à dix kilomètres dans l’autre sens de même que la poste où je vais retirer les sous qui me restent et le boulanger qui fait son pain (je n’aime pas le pain sous plastique de chez Leclerc). Je ne vous parle pas du boucher et des containers à ordures ménagères et emballages à recycler etc.

Autant dire que sans voiture, je crève de faim mais -à quelque chose malheur est bon- je n’ai aucun emballage à recycler ni aucune ordure ménagère à jeter.

Alors, mettrai-je un gilet jaune derrière mon pare-brise? Non! Je n’irai pas dépenser quelques litres d’essence pour montrer que je ne suis pas content. A quoi bon? Qui me fera une réduction sur mon carburant? Qui m’enverra des sous pour payer le gazole de mon vilain C15 qui pollue?

Si vous avez la réponse …