Au fou!

Marine Le Pen, pour avoir diffusé des images montrant le supplice de victimes de Daech,  est convoquée devant les juges au motif (au prétexte?) que des mineurs sont susceptibles de les avoir vues.

Ces images, elle ne les a pas tournées elle-même et donc elle a bien dû les trouver quelque part, là où des mineurs avaient toute possibilité de les découvrir. Et certainement avant elle.

Procédure automatique, dit-on, on lui demande de se soumettre à une expertise psychiatrique.

Certains, parmi ses amis mais aussi ses adversaires (Mélenchon), s’en émeuvent.
Il est vrai que suggérer qu’un opposant ne jouit pas de toutes ses facultés, peut faire craindre bien des dérapages et rappelle les heures les plus sombres non pas de notre histoire mais de celles de l’Union soviétique. Ils sont nombreux ceux qui ont des raisons de se sentir visés.

A ce compte, pourquoi un type, chargé de coordonner les déplacements de notre président, qui, un beau jour de printemps, s’en va jouer au gendarme musclé place de la Contrescarpe, n’a-t-il pas été rencontrer un expert psychiatre avant d’être auditionné par la commission d’enquête sénatoriale? On pourrait s’en étonner.

Publicités

La petite souris

Pour amuser les enfants (et les grands-parents), une petite souris faite avec un mouchoir (je vous parle d’un temps où les mouchoirs n’étaient pas en papier):

https://pe.ertu.be/videos/watch/cb8a11ce-015c-4af1-8d9d-94312b4c635e

Il est recommandé d’utiliser un vrai mouchoir. Ceux qu’on voit sur la vidéo sont, l’un trop épais, l’autre trop fin.

Merci à ma fille qui m’a aidé à mettre la vidéo sur le net!

Bon courage!

PS: Cette vidéo est nulle, je sais.

Politicaille, gros et petits sous

Les pauvres n’ont qu’à rouler en vélo! C’est ce qu’on pourrait conclure de l’annonce quasi-simultanée d’un plan pauvreté et d’un plan vélo. Je suis prêt à parier que le plan pauvreté ne réduira pas ce fléau et que le plan vélo n’aura qu’une efficacité mitigée.

*******

Il semble que les princes qui nous gouvernent voient dans les vieillards, les grabataires, les moribonds et les agonisants des moutons sur le dos desquels il reste toujours un peu de laine à tondre. Après la hausse de la CSG sur les retraites, après la non-indexation des pensions sur l’inflation, c’est aux droits de succession que veut s’attaquer la république en marche. Une réflexion « sans tabou », nous dit-on. Gageons que l’Etat espère trouver son compte dans cet impôt sur la mort.

*******

On réfléchit sans répit dans les ministères. Cette fois, c’est sur la réforme de l’audio-visuel qu’on se penche avec déjà une piste: une modification de la redevance. On parie (je suis joueur aujourd’hui) qu’elle ne va pas diminuer? Cette redevance est censée financer le service public. Pour maintenir son niveau de « qualité ». De mon point de vue, TF1 n’a pas l’air pire que France2, on n’écorche pas plus le français sur RTL que sur France-Inter et les humoristes de la radio d’État manquent toujours autant d’humour. Me feraient-ils plus rire si la redevance étaient perçue différemment?

*******

Affolement à tous les étages chez les Marcheurs dans l’affaire Benalla. Après la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sabotée par la majorité macroniste, après la ministre de la Justice (qui fait partie de l’exécutif, on le rappelle) qui se mêle de vouloir mettre des bâtons dans les roues de la commission sénatoriale (le législatif) au nom du principe de la séparation des pouvoirs (!), après Castaner et Griveaux qui crient à l’exploitation politicienne, après ce pauvre Bayrou qui fait une déclaration pitoyable pour critiquer la convocation de Benalla (liste non exhaustive), voilà les sénateurs de LERM qui veulent boycotter leur propre commission. On en arrive à se demander si ce qu’on essaie de nous cacher n’est pas plus embarrassant pour Macron que l’épisode de la Contrescarpe.

*******

Une députée LREM quitte les Marcheurs en expliquant pourquoi. Un réquisitoire circonstancié et implacable contre la Macronie comparée au Titanic.

*******

Les européennes approchent. On va nous refaire le coup qui a si bien marché jusqu’ici: « Faire barrage à l’extrême droite » et nous seriner que ceux qui ne voteront pas pour les candidats officiels sont « contre l’Europe ». Répétons qu’ils ne sont pas contre l’Europe mais contre cette Europe-là et que si on ne veut pas tenir compte de leur opinion (comme lors du referendum de 2005), il suffit de ne pas leur demander leur avis. On nomme bien les commissaires, pourquoi ne pas nommer aussi les députés européens? Et qu’on ne nous ennuie plus avec les élections!

*******

Soyez heureux (quand même) et portez-vous bien!

PTM ou CFE?

Aujourd’hui à « C dans l’air » on parlait de patrimoine. Rien de bien passionnant sinon un bonhomme qui, à tout bout de champ, soulignait l’intérêt de Macron pour la chose. On espère que notre président lui en sera reconnaissant.

Un des intervenants a fait état d’une prétendue polémique à propos de Stéphane Bern, de son admiration pour les têtes couronnées et de ses opinions royalistes (ayant la nationalité luxembourgeoise en plus de la française, il n’est pas étonnant qu’il ait un certain attachement au régime du grand-duché). Ce qui pouvait éveiller des soupçons sur le choix des monuments à sauver dont la plupart avaient été construits alors que la France était une monarchie.

Personne ne lui a fait remarquer que pendant bien plus de mille ans, la France a été gouvernée par des rois, qu’au cours de ces quelques siècles on a eu plus le temps de construire qu’en quelques décennies de République, que ce qui a été construit il y a quelques siècles a plus de chances d’être en péril que ce qui l’a été ces dernières années (quoique).

Les téléspectateurs, vous le savez, ont la possibilité de poser des questions à la fin de l’émission et ont l’honneur et la joie de voir figurer à la fin de leur question qui s’affiche sur l’écran leur prénom et leur département de résidence.

L’un d’eux, entendant que de très nombreuses églises méritant de figurer dans le riche patrimoine français nécessitaient une restauration et sachant qu’une église est un lieu de culte, se demandait (en ricanant on l’imagine, fier de son trait d’esprit) « A quand un loto-catho? ».

On aurait dû lui rappeler que, depuis la loi de 1905, la plupart des églises appartiennent aux communes. On aurait aussi dû lui dire que le christianisme a été la religion dominante depuis le baptême de Clovis et jusqu’à ces dernières années, qu’en tant que telle, il a façonné notre identité nationale et que les églises, basiliques et cathédrales sont les témoins architecturaux et patrimoniaux de ce fait historique.

(PTM: Pas Très Malin. CFE: Con et Fier de l’Être).

Affaire Benalla: la seule question qu’il faut poser

Le favori est celui qui a su capter la faveur d’un prince et prendre de l’ascendant sur sa volonté, le plus souvent par la flatterie. Il abuse de son influence pour accroître ses richesses et augmenter son pouvoir personnel. Il se caractérise par l’insolence de son orgueil.  (source Wikipedia).

On croirait lire le portrait de Benalla qui s’est immiscé dans l’entourage de Macron au point que voir l’un c’était apercevoir l’autre, qui a bénéficié de faveurs absurdes comme un appartement de fonction dans une luxueuse résidence de la République, d’un permis de port d’arme, d’une voiture de luxe avec gyrophare, d’un brassard de police, d’un grade bidon de lieutenant-colonel de réserve dans la gendarmerie et d’un passeport diplomatique (liste non exhaustive).

On peut supposer que sans la malencontreuse vidéo où on le voit jouer au CRS place de la Contrescarpe, il aurait été bientôt, sur la recommandation ou de par la volonté de notre président, chevalier du mérite agricole, chef honoraire de l’orchestre de Radio-France, invité permanent au forum de Davos, proposé au prix Nobel de littérature, logé à  la Lanterne et titulaire d’une chaire au collège de France.

Voilà ce que c’est que de vouloir grimper trop vite: si on manque une marche, on tombe sur le nez.

Quoi qu’il en soit, cette affaire Benalla pose la seule vraie question: Parmi tous les privilèges dont bénéficie le président de la République, y a-t-il celui d’avoir un favori et de l’entretenir à nos frais?

Rentrée: ce n’est que l’échauffement

Affaire Benalla: ça repart. Aussi bien le bonhomme en question que les proches de Macron perdent d’excellentes occasions de se taire. Mais on n’aura jamais la réponse à la question: mais qu’est-ce que ce type foutait autour de Macron?

*******

Richard Ferrand devient président de l’Assemblée en remplacement de de Rugy qui a quitté la fonction de quatrième personnage de l’État pour remplacer Hulot à un mini-ministère. Il a été dégradé ou il se sacrifie à Jupiter?

*******

Le même Ferrand n’est pas encore sorti de ses ennuis judiciaires dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne.

*******

L’église catholique est contre l’avortement et empêtrée dans des scandales de pédophilie. Attitude logique: « Laissez venir à moi les petits enfants », à dit Jésus.

*******

J’ai l’impression qu’on va avoir de nombreuses raisons de ricaner cet automne.

*******

A moins qu’on nous prépare un petit bombardement en Syrie.

*******

Portez-vous bien et soyez heureux!

Poser la question, c’est y répondre

Il y a un peu plus d’un an, le parlement européen a commandé un rapport sur l’Etat de droit en Hongrie à la commission des libertés civiles. L’eurodéputée néerlandaise écologiste Judith Sargentini a achevé son projet de rapport au printemps dernier et on va discuter de l’application de l’article 7 des traités de l’Union. Il y aurait beaucoup à dire sur ces traités et sur leur modalités d’adoption par les différents états mais là n’est pas la question.

Demander un rapport sur l’état de droit, c’est soupçonner que cet état n’est pas si « de droit » que ça. En confier la responsabilité à une écolo (donc de gauche si ce n’est pas d’extrême-gauche) quand le dirigeant de l’état visé est de droite et même disent certains, d’extrême-droite, me paraît biaiser un peu ses conclusions.

Le rapport parle, entre autres, des menaces sur la liberté des media, la remise en cause de l’indépendance de la justice, la politique migratoire, les attaques régulières contre les organisations non gouvernementales, le regain d’antisémitisme ainsi que la remise en question de certains droits sociaux. (source LeMonde.fr)

La Hongrie a une position sur l’immigration. Beaucoup d’Européens dont des Français ont la même (du moins ceux qui n’ont pas encore été égorgés par des « déséquilibrés »). La seule différence, c’est qu’on ne leur a pas demandé leur avis.

Quant aux autres sujets, examinez la position de la France et demandez-vous quel serait le contenu d’un rapport demandé à un député de la France Insoumise sur la situation de la France de Macron.