Please don’t let me be misunderstood

Il y a un truc qui vient de se créer, qui s’appelle « Brigade Jeanne d’Arc » et qui a l’ambition de recenser « tous ceux qui se reconnaissent en elle« . Je leur souhaite bon vent mais ce sera sans moi. Je ne me reconnais pas en Jeanne d’Arc, ni d’ailleurs dans Louis IX, Louis XIV ou Napoléon Ier dont les statues défilent sur la page d’accueil de leur site.

Dans un commentaire (que j’ai viré), ils m’ont demandé si je voulais faire partie de leur annuaire. J’ai répondu non. Pourtant j’y figure encore.

Le titre  de ce billet est emprunté à une chanson qui ne nous rajeunit pas.

*******

Je vous ai parlé hier de l’humour absurde des polars de van De Wetering. Un échantillon: à propos d’une péniche « Elle est si solide qu’elle pourrait vous emmener au bout du monde … à condition de rester sur les canaux ».

Bonne soirée.

Réactifs!

Ma radio m’apprend que quelques ministres vont se réunir à l’Elysée pour définir la mise en œuvre de ce qu’ils appellent le « plan grand froid ». Il y a déjà quelques jours que la France se pèle, qu’on nous incite à faire des économies d’électricité (chose que ceux qui n’en ont pas à cause des intempéries font contraints et forcés), que les télés nous montrent de la neige, des gens emmitouflés et des glaçons qui pendent des bords de toit mais ce n’est que maintenant que nos excellences s’en aperçoivent et prient les journalistes de nous informer, preuve de leur grande bonté et du souci qu’ils ont du petit peuple, qu’ils ne vont pas tarder à s’en préoccuper.

Bernard Cazeneuve qui oublie quelquefois qu’il vient d’être nommé premier ministre a même, nous dit leMonde.fr, « plaidé pour une augmentation des possibilités d’hébergement d’urgence« . Plaidé auprès de qui?

Bien sûr, on ne pourra pas ressusciter les sans-abris qui n’auront pas eu la patience d’attendre les résultats de cette importante réunion mais on pourra toujours conseiller aux candidats à la primaire de la gauche d’éviter les régions les plus touchées, d’aller en Bretagne par exemple où il paraît que le froid se fait moins sentir, bien qu’il semble qu’on puisse y recevoir des gifles.

Rien n’est parfait!

En ouvrant des caisses

Déjà un an que j’ai déménagé et beaucoup de mes livres sont encore dans des cartons. Quand, au hasard d’un déballage, je tombe sur un bouquin dont j’ai gardé un bon souvenir ou dont je ne me rappelle rien sinon qu’il m’a plu, je me laisse tenter, replonge dans la lecture et laisse à de vagues lendemains l’ouverture des prochaines caisses.

L’actualité morose, terne ou agaçante et les retrouvailles avec mes livres explique que, depuis quelques jours et sans doute pour quelques jours encore, je délaisse mon clavier.

Actuellement ce sont les polars de Janwillem van De Wetering qui absorbent une bonne partie de mon temps. Comme le laisse supposer son nom, l’auteur est batave et l’action de ses romans se déroule aux Pays-Bas. Si on aime les intrigues bien ficelées et l’humour absurde, on passe d’excellents moments, bien au chaud devant la cheminée (les deux départements corses sont en alerte orange pour cause de temps de chiottes).

On trouve peut-être encore ces livres en format de poche aux éditions Rivages.

La poupée de quel ventriloque?

Dans un précédent billet, j’ai traité Macron de « candidat gonflable ». Je voulais dire par là qu’il me donnait l’impression de n’être pas vrai, d’avoir été fabriqué et d’être utilisé par … par qui? Je ne sais; quoique je devine pour quoi et pourquoi.

Je ne suis pas le seul à avoir eu cette impression. J’ai entendu qu’on le comparait aussi à un hologramme ou à une marionnette.

Voilà un type qui, certes a été ministre mais qui non seulement n’a le soutien d’aucun parti mais qui en plus en fait un argument. « Ni de droite, ni de gauche, dit-il ». Et pourtant, il a créé son mouvement à partir de rien. Avec quels moyens? Avec quelle équipe et surtout d’où vient l’argent? Maintenant que la mayonnaise a pris, on voit des ralliements et avec eux des militants et, on le suppose, des financements. Qui paie? Ce n’est pas seulement l’argent des adhérents qui peuvent payer un QG de campagne, organiser des déplacements, louer des salles etc.

Sa communication est parfaite et jusqu’en dehors de nos frontières, les médias parlent de lui et le soutiennent. En Suisse, par exemple. En France, on imagine déjà que le candidat issu des primaires de la gauche devra être contraint de se rallier à lui et certains des éléphants du PS ont déjà sauté le pas. On murmure même que Pépère le soutiendrait.

Tout ça n’empêche pas que, si je prends au sérieux sa candidature et que je veux bien croire qu’il a toutes ses chances, je n’arrive pas à croire que c’est vraiment lui qui parle et s’agite. Sa véhémence est factice, ses phrases sont creuses, son éloquence est fabriquée.
Quand saura-t-on les noms de ceux qui manipulent, animent et prêtent leur voix à cette poupée de ventriloque? Le saura-t-on assez tôt?

Taquiner les Russes n’est pas une bonne idée

Grâce à WordPress, je sais de quel pays viennent mes visiteurs. De temps en temps, il y en a un ou deux qui viennent de Russie et, à cette occasion, la carte du monde qui accompagne mes statistiques, présente une Russie colorée. Je constate alors que la Russie, c’est vaste, très vaste et je me dis que, ne serait-ce que pour cette simple raison, on devrait la prendre un peu plus au sérieux. Ce que n’ont fait ni Napoléon ni Hitler. L’un comme l’autre se sont dit que ce pays avait un gouvernement d’incapables, que son peuple était arriéré et que sa puissance militaire était de beaucoup inférieure à la leur. Ils n’ont pas vu que les Russes pouvaient reculer, abandonner le terrain et reconstituer leurs forces pendant que leurs vainqueurs épuisaient les leurs. A leur décharge, on doit reconnaître qu’ils ne disposaient pas de la carte fournie par WordPress. Ils ne se sont pas vraiment rendu compte que s’il est relativement facile d’arriver à Moscou ou de s’en approcher, il est beaucoup plus difficile d’en revenir. De plus, contrairement à beaucoup d’autres, le peuple russe est patriote et ne supporte pas d’être envahi.

Pourquoi vous dis-je ça? Parce que je viens de lire chez Corto un article un peu inquiétant dans lequel il nous informe que les Américains et leurs alliés, sous prétexte de grandes manœuvres, massent des troupes aux frontières de la Russie. Ils prépareraient une invasion qu’ils ne s’y prendraient pas autrement.

Cela fait suite à la campagne de propagande qui depuis quelque temps essaie de convaincre les occidentaux que le diable se trouve à l’est et qu’il a nom Poutine. On nous a bassiné avec l’annexion de la Crimée et le soutien que la Russie accorde à la Syrie de Bachar el-Assad. Comme si Vladimir ne faisait ça que pour embêter Obama et Hollande!

On oublie de nous dire que depuis des siècles, la Russie cherche pour sa marine un accès à la mer libre de glace. On oublie que Sébastopol (fondée par Catherine II), la grande base navale russe sur la mer Noire se trouve en Crimée et que Tartous, autre grande base navale russe sur la Méditerranée, se trouve en Syrie. Vouloir priver la Russie de ces bases risque de l’énerver.

Voilà qui devrait faire réfléchir nos va-t’en-guerre.