Quand même!

L’armée turque est entrée en Syrie pour y combattre les Kurdes.  Personne ne semble vraiment s’en formaliser.

*******

Wauquiez joue à contre-emploi. Quand on a une tête d’éternel premier communiant et une voix de séminariste, on évite de rouler des mécaniques. Imaginerait-on Paul Préboist reprendre les rôles de Lino Ventura?

*******

Le fruit le plus pollué par les pesticides, fongicides et autres merdicides, celui qu’on consomme en prenant des risques, c’est le raisin. On doit donc en déduire que le vin qu’on fait avec doit être consommé avec une extrême modération. Ce n’est pas tant l’alcool qu’il contient qui est le plus dangereux pour la santé que les parfums de fruits rouges, de banane ou de vanille.

*******

Le Cap corse, ses petites criques, son port de plaisance, ses villages perchés, ses pêcheurs de poissons de roche et sa mine d’amiante à ciel ouvert abandonnée depuis des décennies (il est de bon ton de ne pas en parler) manque d’eau tous les étés. Les sources sont tout juste suffisantes pour les habitants permanents mais pas pour les vacanciers qui s’abattent sur ce qui, à leurs yeux, ressemble à un petit paradis. La solution: implanter à très grand frais une unité de dessalement d’eau de mer pour que l’industrie du tourisme puisse vendre du soleil avec vue sur la mer. Bienvenue en Absurdie!

*******

Bonne journée à tous et soyez heureux! Quand même.

Publicités

Sous le signe de la balance

Les dessous de Marianne ne sont pas propres, ils sentent la jeune fille qui se néglige. Je parle de la République et pas du journal, vous l’avez compris. Avec ce que vient de balancer Laurent Wauquiez, on constate qu’un changement de culotte s’impose.

Ses propos auraient été « surpris », diffusés « à son insu de son plein gré » ou même, disent certains de ses partisans, « sortis de leur contexte ». Tout ça aurait été « orchestré » (mais par qui, grands dieux?). Il y en a même qui disent « ne pas reconnaître sa voix ». Mais comme il s’est excusé auprès de Sarko,  s’est défendu en disant que c’était « de l’humour » (ha, ha, ha!) et menacé de poursuites ceux qui ont diffusé l’enregistrement, on peut penser qu’il les a bien tenus et qu’ils ne sont que l’expression d’une réalité que tout le monde s’entend à cacher.

Pas dégoûtés, des sympathisants de droite entendus sur BFMTV ne sont d’ailleurs pas choqués par ce qu’il a révélé des uns et des autres mais par le fait qu’il l’a révélé: certaines vérités ne seraient-elles pas bonnes à dire? Ces braves gens veulent garder leurs illusions.

On attend avec impatience que ceux à qui il a taillé un costume l’attaquent en diffamation. On risque de s’amuser si l’affaire passe devant les juges.

Au lieu d’enquêter pour essayer d’en savoir plus, les médias aux ordres, les « canards laquais », se font l’écho des protestations de LR qui condamne « le procédé » et de celles (bien tièdes) du reste de la classe politique qui sent bien que ce qu’il dit de la droite pourrait inciter le petit peuple à entonner le célèbre refrain « Tous pourris! ».

Dans cet ordre d’idées, j’ai appris ce matin que Moscovici raconte comment, du temps où Montebourg et lui étaient tous deux à Bercy, il aurait trouvé un jour le bel Arnaud qui l’attendait les pieds sur son bureau et qui était venu lui proposer une alliance dans une série de coups tordus pour empêcher la réélection de François Hollande et même lui interdire les primaires de la gauche tout en cassant vigoureusement du sucre sur Valls et Hamon. Montebourg se voyait déjà candidat de la gauche.

Tous pourris? Mais non! C’est juste de la politique.

Préférence et regret

Ce matin, Monsieur Spinetta causait dans le poste pour dire tout le bien qu’il pensait du rapport qu’il a tricoté, lequel rapport contient quelques recommandations sur ce qu’il faudrait faire de la SNCF.

La compagnie ayant négligé pendant des années d’entretenir voies et matériel, s’y mettre maintenant couterait trop cher. En particulier sur les lignes peu utilisées dans des régions peu peuplées. Il lui a sans doute échappé que dans des régions peu peuplées, il est difficile de trouver beaucoup de monde que ce soit pour remplir les trains ou les écoles (mais ceci est une autre histoire qui est racontée par le ministre de l’EN) ou pour constituer un groupe de danses folkloriques destiné à égayer aux beaux jours le séjour de touristes avides d’authenticité, de terroir, d’ancestral et de casquettes sous lesquelles roulent les R.

Quoi qu’il en soit, il préconise de faire porter les efforts sur les lignes rentables et en particulier sur les transports d’Île-de-France.

Avec ce genre de raisonnement, on pourrait supprimer la distribution du courrier dans les zones rurales. Ce qui est déjà fait en partie: le facteur ne vient plus déposer le courrier à votre porte mais le place dans une boîte qui, avec d’autres, se trouve au bord de la route qu’il emprunte pour sa tournée. A vous de faire les quelques centaines de mètres pour aller le chercher. Quant aux colis, un papier déposé dans la même boîte vous permet d’aller les retirer (mais le lendemain ou le surlendemain si demain tombe un dimanche; bravo pour les délais d’acheminement!) au bureau de poste qui se trouve au bourg voisin.

On pourrait aussi, toujours dans le même souci de rationalisation et d’économie, supprimer la distribution d’électricité et de téléphone: que de poteaux et de fils pour ne desservir que les trois maisons d’un hameau!

Pour en revenir à la SNCF, Spinetta préconise de remplacer (ce qu’elle fait déjà dans de nombreux cas) les trains par des bus.

« A nous de vous faire préférer le train », dit son slogan.
Elle devrait plutôt dire: « A nous de vous faire regretter le train ».

Service compris?

National mais plus (et depuis longtemps) militaire, le service macronien va devenir obligatoire et, parité oblige, ouvert aux deux sexes aux deux genres à tous les genres.

Et tout ça, bien sûr, sans distinction de culture, d’origine ethnique ou sociale, de religion ou de toute différence visible ou non dans un objectif de promotion de la mixité citoyenne et d’intégration républicaine et ludique.

Ceux qui ont eu l’occasion de se trouver récemment à la sortie d’un établissement scolaire dans une de ces banlieues dont la sensibilité est passée en proverbe ne peuvent que souhaiter bien du plaisir à ceux qui devront encadrer notre belle jeunesse.

Mission impossible

La dernière idée de Macron, c’est « d’organiser l’Islam de France » Certes, il veut procéder « par petites touches », sans doute pour éviter de faire tout de suite une grosse bêtise en espérant qu’une suite presque imperceptible de petites passera plus facilement.

On lui souhaite bien du plaisir.

On connaît la réussite de l’idée de Sarko dans le même genre d' »organisation » qui a abouti à l’arrivée sur le devant de la scène de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France), la multiplication des mosquées salafistes, n’a évité ni le départ pour le djihad de quelques centaines de radicaux ni les attentats de Paris, de Nice et d’ailleurs.

Il serait temps que l’on comprenne que le problème n’est pas l’Islam de France mais l’Islam en France.

Démenti

Les rumeurs selon lesquelles Harvey Wenstein, Roman Polanski, Georges Tron, Dominique Strauss-Kahn, Kevin Spacey et Tariq Ramadan auraient signé collectivement une lettre ouverte de soutien à Nicolas Hulot sont sans fondement aucun.

N’ayant aucune existence, cette lettre ne peut donc pas avoir porté le titre: « Bienvenue au club! ».

PS: Je rappelle à ceux qui publient sous l’adresse … blogspot.fr que ma bécane, à moins que ce ne soit Adblock ou -tout bêtement- mes compétences dans le maniement de l’ordinateur, m’empêche de commenter chez ceux que je lis. J’en suis désolé.

22, v’là les flics

Lors de la visite de Macron, les élus de la nouvelle assemblée territoriale ont du subir quelques provocations et vexations (y compris les élus LREM) comme cette dame militante macroniste encartée, toute pomponnée pour la circonstance et que j’ai rencontrée chez le boucher alors qu’elle venait de se faire sèchement interdire l’accès à la pépinière que le grand homme honorait de sa présence ou comme le maire LREM de Bonifacio que Macron, alors que la rencontre était programmée, a refusé de voir parce qu’il avait eu la mauvaise idée de voter une motion présentée par la majorité nationaliste.

Cela a culminé avec la fouille au corps des élus nationalistes invités hier après-midi à écouter le discours du président.

Vous me direz « Les Corses sont susceptibles ». C’est sans doute vrai. Macron savait donc très bien ce qu’il faisait en adoptant une attitude que beaucoup ont jugé méprisante et certains insultante.

D’ailleurs, la seule mesure que l’on peut retenir de son discours d’hier, à part la fin de non-recevoir qu’il a opposée à toute discussion sur les revendications des nationalistes est l’envoi de renforts de police et de gendarmerie.