Vive le progrès!

On a découvert une nécropole romaine à Autun (l’ancienne Augustodunum). Elle daterait des IVème et Vème siècles après Jésus-Christ.

Au vu du nombre de sépultures découvertes, on se prend à penser qu’on mourait beaucoup à l’époque.

Heureusement, ça n’arrive plus grâce aux progrès de la médecine moderne.

Xi Jing-Adolf, ecce homo et un chèque

C’est de la Chine qu’on parlait aujourd’hui à « C dans l’air« . De la Chine qui, en dépit des traités internationaux, a décidé d’imposer par la force sa loi à Hong-Kong. La communauté internationale s’émeut mais ne semble avoir ni l’envie ni la force de défendre les Hong-Kongais. Ce qui donnera, nous dit-on, aux Chinois l’idée qu’il ne leur sera pas trop difficile de continuer d’étendre leur influence et leurs revendications territoriales sur Taïwan et sur les pays du sud-est asiatique.

Mutatis mutandis, je trouve une certaine parenté entre cette situation et les revendications d’Adolf Hitler sur les Sudètes. On connaît la suite et la fin.

Que ferait la France si Pékin exprimait son intention de s’implanter dans le 13ème arrondissement de Paris de manière officielle, d’y installer pour commencer une antenne de son administration avant d’exprimer l’intention de faire de cette enclave une région autonome et, dans l’avenir, de la rattacher à la Chine?

Réponse: elle protesterait vigoureusement mais privilégierait le dialogue. Et, sans qu’on sache vraiment pourquoi, on verrait souvent Jean-Pierre Raffarin à la télé.

*******

Disney a proposé une version homo de la célèbre chanson « Un jour, mon Prince viendra », donc chantée par un homme.

En attendant « C’est ma femme » d’après Edith Piaf.

*******

Les professionnels du tourisme regrettent que les étrangers, même autorisés, hésitent à venir en France dépenser leur argent.

S’ils ne peuvent pas venir, qu’ils envoient un chèque!

*******

Portez-vous bien.

 

La misère au soleil

Les temps sont durs pour ceux qui vivent du tourisme. On s’aperçoit que plus le tourisme représente une part très importante de l’économie d’un pays, plus ce pays est sous-développé car il n’a rien d’autre à vendre que son sous-développement.

Exemple: la Silicon Valley jouit du climat californien. Elle pourrait vivre des touristes auxquels elle proposerait son soleil et ses palmiers. Elle préfère se consacrer aux entreprises de haute technologie. Si vous y allez, on vous accueillera. Si vous ne venez pas, on se passera de vous.

La Côte d’Azur a, elle aussi, le soleil et les palmiers. Mais ce matin un « professionnel du tourisme » voyait comme une catastrophe le fait que ni les Américains, ni les Russes ne viendront chez lui cet été.

PS: je décline toute responsabilité pour la manière dont le premier paragraphe peut vous  apparaître. C’est nouveau: WordPress m’impose son « nouvel éditeur ».

Le droit de se plaindre

L’abstention a battu des records. On nous donne toutes les explications possibles de ce phénomène: peur du virus, beau temps, dégagisme, perte de sens civique, découragement des citoyens déçus de la politique etc.

Et on nous ressert la maxime « quand on ne vote pas, on n’a pas le droit de se plaindre du résultat des élections ». Vérité d’évangile qu’on ne doit pas discuter sous peine d’être catalogué comme mauvais citoyen, adepte de la dictature (toujours de droite!), crypto-anarchiste ou (horreur!) beauf.

Et pourquoi donc n’aurait-on pas le droit de se plaindre? Pourquoi seuls ceux qui ont voté auraient-ils le droit de critiquer, de s’opposer, de combattre?

Ne serait-il pas plus logique de dire qu’en votant, ceux qui ont mis un bulletin dans l’urne ont accepté la règle du jeu et que, s’ils ont perdu ou si ce qu’ils ont gagné ne le satisfait plus, ce sont eux qui doivent assumer les conséquences de leur choix et non pas ceux qui ont refusé de choisir entre des gens et des programmes qui ne leur plaisent pas?

Et pourquoi n’aurait-on pas le droit de se plaindre de ceux qui nous gouvernent? De tous ceux qui nous gouvernent? Combien de gens en France se plaignent de la politique de Trump, de Poutine, du président brésilien, de la chancelière allemande ou de la présidente de la commission de l’UE sans avoir en rien participé à leur accession au pouvoir? Et pourtant!

D’autre part, le suffrage universel n’est pas synonyme de démocratie. On pourrait imaginer une véritable démocratie sans suffrage universel et une dictature dans laquelle tout le monde aurait le droit de vote.

Avant de culpabiliser les gens qui refusent de voter, ne serait-il pas bon de les instruire, de les éduquer et de les informer véritablement et de les interroger sur ce qu’ils veulent ou refusent réellement?

« Il y a des années comme ça …

… où on ne se sent pas en forme », comme a dit je ne sais plus qui.

Il faut dire que depuis quelque temps, je ne rajeunis pas. Le matin, il me faut de plus en plus de courage pour faire les premiers pas au sortir de mon lit et d’indulgence pour me regarder dans la glace qui est au dessus du lavabo. Je vous épargne le reste de la mécanique qui grippe et donne l’impression de perdre ses boulons au moindre effort.

Et le monde comme il va qui commence à m’agacer. Il y a pêle-mêle la manière dont les gens qui parlent à la radio écorchent le français, le téléphone qui sonne vingt fois par jour et qui me raccroche au nez avant que j’ai pu ouvrir la bouche et qui, la vingt-et-unième fois, m’annonce avec un accent exotique que j’ai droit à une subvention pour isoler mes combles, des présentateurs météo qui confondent « beau temps pour la saison » et réchauffement climatique, les publicités indigentes écrites et dites par des débiles mentaux, des humoristes pas drôles mais éminemment tartinistes  etc.

Dans le genre plus sérieux on a une épidémie qui se répand mais qu’on interrompt pour les vacances tout en nous promettant qu’on la retrouvera à la rentrée (ou pas), des élections municipales aux campagnes tellement dérisoires qu’elles semblent sorties d’une pièce de boulevard et ne servir que de prétexte à une pantalonnade grotesque (je ne t’aimais pas mais maintenant je t’aime, je te trompe parce que je suis fidèle à mes principes), un pouvoir qui semble ne pas savoir d’où tombera la prochaine tuile, un anti-racisme à la mode qui fait hésiter l’observateur entre une boboïsation pour lecteurs de Libé et une nouvelle offensive des noirs contre les blancs dans une guerre des races (qui n’existent pas), une crise économique qui inquiète les politiques, une crise sociale qui inquiète les économistes et une crise politique qui réjouit les syndicalistes, un climat qui se dégrade plus vite que les prévisions …

… et mon épaule qui me fait mal et que le kiné débordé m’arrangera peut-être la semaine prochaine; mais pas avant.

Après l’oncle Tom, l’uncle Ben

L’antiracisme frappe encore: Uncle Ben ne nous assurera plus jamais que son riz ne colle pas. Il ne nous restera plus que l’oncle Sam pour exercer notre xénophobie et l’oncle Picsou pour se moquer des puissances d’argent.

Les humoristes officiels doivent se rabattre sur les politiciens de droite et d’extrême-droite et encore! En France uniquement. Et les blondes. Mais gare aux féministes!

Pour ceux qui veulent faire de l’humour en évitant les accusations de racisme ou de xénophobie, les temps sont durs. Plus question de dire un mot sur les noirs ou les arabes qu’ils soient rois du pétrole ou dealers de cité. Sur les Chinois non plus, ils pourraient se fâcher.

Il ne reste plus que Trump comme tête de Turc (oh! pardon!). Pendant ce temps, on fout la paix à Poutine.

Heureusement, il y a toujours la reine Elizabeth et ses chapeaux.

Les petits bonshommes en mousse

A Dijon, des Tchétchènes et des Maghrébins se foutent sur la gueule depuis quelques jours « sur fond de trafic de drogue » disent les gens qui causent dans le poste. En plus de barres de fer et de battes de base-ball, ils arborent des armes à feu avec lesquelles ils tirent en l’air et ils font des cartons sur ces cameras de surveillance si préjudiciables au bizness.

Les forces de police, pourtant armées elles aussi, n’ont pas essayé de les décourager. Plus encore, on ne déplore aucun œil enfoncé par un tir de LBD, aucune main arrachée par une grenade de désencerclement, aucune clé d’étranglement, aucun plaquage ventral n’a eu d’issue fatale. On pourrait même dire « n’a eu d’issue du tout ». Il paraît que la Police a procédé à quatre (!) interpellations, ce qui, rapporté au nombre de gens dans la rue est une marque de modération de la part des fonctionnaires et démontre le souci de « ne pas jeter d’huile sur le feu » de celle des autorités. Ceux qui ont alpagué ces malheureux vont sans doute se faire remonter les bretelles: qu’est-ce que c’est que ce zèle intempestif?

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur s’est rendu sur place, histoire de … histoire de quoi? Il n’y est pour rien, le pauvre! Ce n’est pas lui qui a laissé s’installer en Bourgogne des Tchétchènes et des Maghrébins qui, s’ils étaient restés chez eux, chacun dans son pays, auraient eu du mal à s’affronter.

Une bonne âme interrogée à la radio ce midi a exprimé le point de vue officieux et a cherché des causes à ce bordel institutionnalisé (ghettoïsation, différences culturelles, difficultés d’intégration, patin couffin, on connaît la chanson) et a affirmé très sérieusement que ces troubles ne sont le fait que d’une dizaine d’individus, des « caïds », des petits voyous. Mais alors, qui sont les centaines de personnes cagoulées et armées qui se livrent bataille?

Et, comme je l’ai dit plus haut, qui sont armées. Et pas pour rire. Les Kalachnikov sont des armes de guerre pour ceux qui ne le sauraient pas encore. Quand on pense que si on vous pique avec un opinel dans la poche, vous risquez, si vous tombez sur un flic mal embouché, outre la confiscation, d’être accusé de port d’arme et quand on voit les tracasseries administratives auxquelles doit se soumettre un bon citoyen qui veut pratiquer le tir sportif, on se dit qu’on marche sur la tête et qu’encore une fois se vérifie l’adage « quand les armes sont hors la loi, seuls les hors la loi ont des armes ». A propos, combien d’armes ont été confisquées à Dijon?

« Pas de vagues » semble être le maître mot du pouvoir actuel (et -soyons juste!- de ceux qui l’ont précédé) comme si détourner le regard, demander des excuses et calmer le jeu pouvait résoudre des problèmes qui se multiplient et s’aggravent tous les jours.

Les Pieds Nickelés qui nous gouvernent ajoutent la lâcheté à l’incompétence. Leur colonne vertébrale est souple, très souple face aux provocations. Ce sont des petits bonshommes en mousse.