Que c’est loin tout ça!

Ça ne va pas rigoler à Paris demain. A Paris et dans ses environs; Presque pas de métros, pas beaucoup de trains et les rues qui ne seront pas bouchées par des embouteillages le seront par des manifs.

Vous voulez que je vous dises? Je m’en fous.

Si la télé marche et si les black blocks et Castaner font leur boulot, on risque même d’avoir de jolies images à la télé.

Je pourrais même avoir l’occasion de ricaner en entendant « la galère », « pris en otages », « manque à gagner des commerçants » et autres clichés journalistiques commentant des micros-trottoir.

Parce que, vu de chez moi et sans doute de bien des coins de France, le RER et le métro, qu’ils roulent ou non seront demain bien loin de mes préoccupations.

Il faut bien qu’il y ait quelque avantage à habiter loin d’une grande ville.

Alors, Parisiens, Parisiennes, bon courage !

C’est comme ça

A Londres un type a tué deux personnes et en a blessé quelques autres. Pour vous éviter toute tentation de stigmatisation et d’amalgame, je ne vous dirai pas de quelle religion il était adepte.

*******

Erdogan a prononcé des paroles jugées insultantes à l’égard d’Emmanuel Macron. Certes, il est turc et dirige un parti islamiste mais je vous mets en garde contre la xénophobie et/ou l’islamophobie.

*******

Seuls les Français ont le droit de traiter leur président de tous les noms d’oiseaux (et d’autres animaux) qui leur viennent à l’esprit. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils élisent un président.

*******

Météo: compte tenu de la saison, le temps est ce qu’il est. N’allez pas vous plaindre.

*******

Sport: des gens constitués en équipes de onze joueurs ont récemment couru après un ballon. Certaines ont gagné, d’autres ont perdu. Certains commentateurs affirment qu’il y a eu des matches nuls.

*******

Moi, ça va. J’espère qu’il en est de même pour vous.

Deux petites choses

Une bonne sœur s’est vu interdire l’admission dans une maison de retraite sous prétexte qu’elle était habillée … en bonne sœur et donc qu’elle portait un voile.

Si  elle avait ajouté au port du voile le fait qu’elle était aussi à vapeur, nul doute qu’elle aurait été soutenue par le lobby LGBT qui aurait hurlé à la discrimination.

*******

Ma radio du matin est pleine de réclames portées par des voix hystériques m’enjoignant en ce jour exceptionnel d’aller sans attendre apporter mes sous à des commerçants prêts à me faire bénéficier de rabais, ristournes, avantages et autres escomptes.

Ceux qui ont lu Robinson Crusoê savent bien que Vendredi était noir. Mais je ne vois pas le rapport avec cette fièvre acheteuse qu’on veut nous faire contracter aujourd’hui.

*******

Allez! Portez-vous bien. Ce monde devient bizarre mais, pour l’instant, ça va encore.

Tout arrive!

Même le Beaujolais nouveau. Une réclame radiophonique (j’ai la TSF) essaie de nous faire acquérir (sans modération) un beaujolais Brise-Ménage (à moins que ce ne soit du Pousse-au-crime) à « haute qualité environnementale ». Ne soyez pas inquiet si vous avez l’impression qu’on vous prend pour un con: c’est tout à fait normal.

*******

Macron a essayé de se rabibocher avec les maires. Il semble qu’il n’ait pas vraiment réussi. Ça me rappelle la blague du type qui demande à une inconnue: « Tu baises? », qui reçoit en réponse une gifle bien appuyée et qui dit: « Je suppose que tu ne suces pas non plus? ».

*******

Il essaie aussi de désamorcer la crise des hôpitaux avec des primes et un effacement partiel de leur dette. Ça me rappelle … (voir plus haut).

*******

Le cadavre d’une femme qui se promenait en forêt a été découvert par son mari arrivé trop tard après avoir reçu un appel l’aide signalant que la malheureuse était attaquée par une meute de chiens. Circonstance aggravante: cette dame était enceinte.

Au même moment, une chasse à courre était organisée dans cette forêt. On soupçonne (pour l’instant ce ne sont que des soupçons) que les chiens ont abandonné le cerf pour s’attaquer à la jeune femme et à ses chiens.

Mais déjà, les chasseurs se défendent: la Société de vènerie dans un communiqué  qu’elle vient de publier « assure qu’au cours des 15.000 journées de chasse à courre organisées chaque année, jamais aucun accident corporel humain impliquant des chiens de vènerie n’a été relevé ». Comme quoi, tout arrive.

*******

Pour avoir vécu longtemps dans une maison isolée en bordure de forêt, je peut assurer que certains chasseurs à courre sont des gougnafiers. Les autres sont des chasseurs tout court. Je n’en dirai pas plus.

*******

C’est déco!

L’après-midi, sur France 2, il y a une émission qui s’appelle « Affaire conclue » (un « concept » américain) dans laquelle des gens, principalement des vieux, viennent vendre des vieilleries à des brocanteurs. Une bonne partie des objets est constituée de vases en pâte de verre et de dessus de cheminée en bronze (ou presque). On voit quelquefois des objets originaux et même des œuvres d’artistes mineurs. Un commissaire-priseur estime la chose, Sophie Davant pose toujours les deux mêmes questions (sans doute prévues dans le « concept »): « pourquoi vendez-vous ce machin » et « qu’est-ce que vous allez faire de la somme que vous allez obtenir ».

A la première, on a trois réponses possibles (que la production fait alterner pour éviter l’assoupissement du téléspectateur): « je quitte ma maison pour habiter dans un petit appartement », « mes enfants n’en veulent pas » et « ça ne va plus avec ma déco ». Dans certains cas, on a droit aux trois réponses.

A la seconde, on entend: « je vais payer un restaurant à mon épouse pour fêter mon cinquantième anniversaire de mariage », « je vais gâter mes petits enfants » ou « je vais faire un petit voyage ». Aucun de ces vieillards, n’ose dire « je vais aller aux putes ». C’est dommage! Ça mettrait un peu d’ambiance.

Conclusion obligatoire de la séquence (le concept, toujours le concept!): « l’expertise s’est très bien passée ».

Une voix off présente les vendeurs et les accompagne dans la salle des ventes en infligeant aux téléspectateurs des calembours foireux.

Puis vient la vente devant les brocanteurs qui donnent leur sentiment sur l’objet qu’on leur propose. Pour la « came » courante, pas de problème. Ils lancent quelques enchères et achètent le bronze, le vase ou le tableau.

Mais il y a des vieilleries sur lesquelles il n’y a pas grand chose à dire sinon qu’elles appartiennent à la classe des nanars. Puisqu’il faut bien leur trouver une qualité,  les brocanteurs sortent leur formule magique: « C’est déco ». Ce n’est pas beau, ça ne sert à rien, ça ne se collectionne pas, c’est encombrant, c’est même un peu cassé mais « C’est déco ». Ça tire l’œil, ça occupe l’attention et même ça peut servir à la détourner du reste de l’appartement où on le place.

C’est un peu comme cette comédie qui s’est jouée ces jours-ci autour de l’avantage fiscal maintenu puis refusé à l’huile de palme. On peut penser que c’est un raté -un de plus!- du jeu démocratique. Mais, si on est soupçonneux, on peut se demander si toute l’affaire n’a pas été montée pour rafraîchir la teinte écolo de la République en Marche un peu affadie par l’épisode du glyphosate interdit mais un peu autorisé quand même et bénéficiant d’un sursis valant autorisation et ce, malgré de nombreux maires et une grande partie de l’opinion publique.

Premier acte: le gouvernement fait voter un amendement qui inclut l’huile de palme dans la liste des bénéficiaires d’avantages fiscaux accordés aux bio-carburants. Puis, ordre est donné aux députés de la majorité de protester contre ce vote (mais qui a voté la première fois?) et aux journalistes officiels de dénoncer le lobbying de Total.

Second acte: le premier ministre demande qu’on revote et -à l’écrasante majorité des présents (une soixantaine)- l’amendement est rejeté. L’Assemblée a changé d’avis.

Conclusion: les députés Marcheurs sont d’ardents écolos, des défenseurs farouches des orang-outans et ne permettront jamais qu’on continue à déforester l’Indonésie (et arrêtez de ricaner!).

Et voilà pourquoi, c’est déco.

PS: On pourrait se demander pourquoi Total a été, il y a quelques mois, autorisé à créer une raffinerie spécialement conçue pour transformer l’huile de palme importée d’Indonésie. Mais ça, c’est une autre histoire.

Le défini et l’indéfini

Quelquefois, je porte un chapeau, mon fils préfère mettre une casquette. Mon voisin porte des lunettes et sa femme des boucles d’oreille. Quand ma mie ne porte pas une jupe, elle met un pantalon.

En sortant de la boulangerie, j’ai rencontré une femme qui portait le voile. Certains essaient de nous faire croire que c’est un vêtement comme un autre.

Mais cette utilisation de l’article défini fait réfléchir.